Paris : le retour du procès de la lutte contre la machine à expulser

Mis a jour : le dimanche 17 juin 2018 à 22:36

Mot-clefs: Répression / prisons centres de rétention actions directes
Lieux: paris

Le 31 janvier dernier, les 7 compagnon.ne.s et camarades renvoyés en procès plus de 8 ans après les faits pour des "dégradations contre Air France, la SNCF et Bouygues" et des refus ADN et de signalétique, ont obtenu un renvoi du procès au 22 juin prochain, 13h30 devant la 16e chambre-2 du tribunal de Paris (M° Porte de Clichy).

L'ironie de cette date, est que ce procès de la lutte contre la machine à expulser se tiendra 10 ans jour pour jour après la révolte au cours de laquelle des sans-papiers avaient incendié le plus grand centre de rétention du pays, celui de Vincennes (22 juin 2008).

Et comme le hasard fait parfois bien les choses, les visites inamicales dans les boutiques d'Air France, de la SNCF et de Bouygues que l'Etat entend faire payer huit ans plus tard à quelques-un.e.s, s'étaient d'ailleurs justement déroulées le 17 mars 2010, quelques heures après la condamnation de dix sans-papiers à des années de prison ferme pour cette révolte incendiaire.

Rendez-vous donc le 22 juin 2018 à 13h30 pour ce procès...

...Aujourd'hui comme hier, feu à toutes prisons, continuons de saboter la machine à enfermer et à expulser !

Commentaire(s)

> En savoir plus

Au delà de la solidarité effectivement nécessaire au moment du procès, et pour ceux que ça intéresse de réfléchir autour de la phase de lutte qui a été réprimée à ce moment là, la brochure "Le vaisseau des morts a brûlé", avec des documents réunis à l'occasion du premier procès de la lutte contre la machine à expulser (appel en cours, sans date d'audience pour l'instant) est disponible en PDF là : https://www.non-fides.fr/IMG/pdf/vaisseaudesmorts-100p-a42.pdf

> à lire aussi

Sinon y a Mutines Séditions qui a publié "Liberté pour tous, avec ou sans papiers. Une lutte contre la machine à expulser", qui présente les luttes autour de ce sujet de 2006 à 2011. L'intro peut se lire ici : http://mutineseditions.free.fr/introMachine.pdf

> Solidarité !

Vous avez oublié l'invitation rituelle à "chacun et chacune à exprimer sa solidarité à sa manière".

> Rendu approximatif

voici en gros le rendu (il a été dit vite, le détail du montant des amendes est pas certain), tout est sans mandat de dépôt :
Pour les gens accusé-es de dégradations et des refus :

G. 4 mois ferme + 1000 euros amende rendez-vous chez un JAP remise par le tribunal
J. 3 mois ferme + 1000 euros amende
O. 2 mois ferme + 1000 euros amende

Pour les gens accusé-es des refus :

S. 2 mois ferme en jours amende pour les refus ADN/signalétique (parce que récidive), soit 60 jours à 10 euros + 500e d'amende
P, O, F. 1 mois avec sursis + 500 euros d'amende

En gros dès que quelqu'un avait déjà un sursis quelconque, le tribunal a donné du ferme, et augmenté les peines demandées par le procureur (de 2 mois à 3 ou 4 mois).

Les personnes vont faire appel.