Nouvelles de France sous état d'urgence

Mis a jour : le lundi 31 octobre 2016 à 12:41

Mot-clefs: Répression Resistances contrôle social / prisons centres de rétention actions directes quartiers populaires immigration sans-papieres frontieres
Lieux: / calais echirolles lyon Nantes


Manifestations policières, expulsion de Calais, médias aux ordres. Deuxième automne en France sous état d'urgence : quelques nouvelles d'une période grise.

14859848_1135906486445523_567597588125846722_o-medium


- Seule la lutte paie

2010, des millions de personnes descendent dans la rue pour faire retirer la « réforme de retraites » de Nicolas Sarkozy. Gouvernement inflexible. 2016, une agitation sociale massive et offensive dure 4 mois. Gouvernement inflexible. Mais ne désespérons pas, parfois, la lutte paie. Quelques centaines de policiers ont obtenu en cinq jours absolument tout ce qu'ils réclamaient, et plus encore. Quelques exemples. Les socialistes – qui appliquent une cure d'austérité drastique et généralisée – ont miraculeusement trouvé 250 millions d'euros pour renforcer l'équipement des policiers. L'argent servira à acheter des casques balistiques, gilets pare-balle « porte-plaque », et autres fusils d'assaut HK G36, ainsi que des lanceurs de balles de défense « plus récents ». Et tout ce super matos sera distribué à la cool, puisque les policiers demandent aussi « d'éviter les stages à répétition ». Plus d'armes et moins de formation : souhait exaucé. Certains policiers aiment bien abuser du délit d'outrage, notamment en manifestation ou dans les quartiers. Le gouvernement décide donc de doubler les peines pour outrage. Cela aura pour conséquence de pouvoir envoyer en taule à peu près n'importe qui sur simple allégation. Et pour parfaire le tableau, la légitime défense, déjà bien light, va être encore plus « assouplie » – c'est le mot des syndicats – pour les forces de l'ordre. Bientôt un bisou dans le cou pour avoir tiré dans le tas ?


- Cagoules

Pendant le mouvement contre la loi travail, des dizaines de personnes ont été arrêtées – et condamnées – pour avoir dissimulé leurs visages. Porter un foulard, un masque, des lunettes ou une capuche, même quand c'est pour se protéger des gaz ou d'un hélicoptère trop inquisiteur, est un délit, et ça vaut d'être qualifié de « casseur » ou de « black bock ». Dans une dynamique exactement inverse, les policiers dissimulent généralement leurs matricules, et bien souvent cachent leurs propres visages, pour éviter d'être identifiés s'ils commettent des violences – mais aussi quand ils manifestent. Le gouvernement vient donc d'annoncer fièrement "l’extension du port de la cagoule" pour les policiers. A mesure que les manifestants doivent être fichés, identifiés, tracés, photographiés, le porteur d'uniforme doit être anonymisé, décomplexé, impuni.


- En voiture !

C'est bien joli tous ces casques lourds, fusils à gogo et nouveaux lanceurs de balles, mais il faut pouvoir les déplacer. Comment transporter ces nouveaux équipements ? Les syndicalistes réclament désormais, en bonus, de nouveaux véhicules plus puissants pour transporter l'arsenal. « Avec les armes et les gilets pare-balle, certains petits véhicules de patrouille se retrouvent en surcharge », explique un représentant des policiers.
https://www.mediapart.fr/journal/france/261016/revendications-policieres-le-crash-test


- Lyon : perquisition et contrôle judiciaire pour une blague à la radio

Puisqu'on vous dit que la police manque de moyens et d'effectifs ! Des agents sont payés à surveiller les médias libres, sites, journaux, et autres émissions de radio. Un exemple récent à Lyon : un animateur a osé lancer une vanne à l'antenne sur les manifestations policières de ces derniers jours. Résultat : perquisition des studios, garde à vue et interdiction d'antenne pour l'impoli. En attendant son procès pour apologie de terrorisme. Bonne ambiance.
https://nantes.indymedia.org/articles/36041
Cette fameuse « liberté de la presse » d'habitude si chère à nos journalistes quand elle est bafouée en Turquie ou en Russie a également été sévèrement attaquée à Calais, ou le reporter indépendant Gaspard Glanz a été arrêté et mis en examen pour des prétextes fantaisistes ces derniers jours.


- Isère : BAC et fusil d’assaut

Du nouveau matériel, ça ne sert à rien si ça n'est pas utilisé. A Échirolles, la BAC est intervenue vendredi pour un conflit de voisinage. A son arrivée, l'un des voisins, présenté comme un « forcené » aurait sorti une arme. En réalité, un pistolet d'alarme non chargé. Les nouvelles armes offertes depuis l'état d'urgence sont alors testées. Et il y a mort d'homme: « les cinq policiers en colonne derrière deux boucliers balistiques ont fait feu avec un fusil d’assaut HK G36 et au moins un pistolet automatique, dont chacun était équipé », l’homme est abattu de plusieurs projectiles dans le thorax et la tête. "L'assoupissement de la légitime défense" tombe à point nommé.
http://www.ladepeche.fr/article/2016/10/30/2449092-forcene-abattu-policiers-isere-legitime-defense-question.html


- Fascisme cathodique

« Pour sauver le peuple français, il faudra abolir la religion des droits de l’homme ».

Cette phrase incroyable n'a pas été écrite par d'obscurs royalistes du 19ème siècle. Elle n'a pas non plus été prononcée par Charles Maurras ou un quelconque ministre du Maréchal Pétain. Non, c'est la dernière sortie d'un personnage médiocre mais célèbre qui monopolise la quasi-totalité des antiennes télés et radios depuis des années : Eric Zemmour. Ou comment les médias installent patiemment mais durablement l'hégémonie culturelle des idées d'extrême droite en France.


- Calais : un Spectacle grand budget

L’État français avait d'abord fermé à coups de barbelés et de lacrymogènes les portes de l'Angleterre, provocant artificiellement la création du plus grand bidonville d'Europe, dans la lande de Calais. Une fois le désastre bien installé, la destruction de cette ville de fortune occupée par 10 000 réfugiés était annoncée et mise en scène par le gouvernement socialiste. L'expulsion était présentée comme une « opération humanitaire ». Les caméras de 800 journalistes du monde entier assuraient la communication du gouvernement. Les exilés étaient donc sommés de quitter une zone dévastée et cernée de policiers, pour monter dans les cars vers une destination inconnue, voire vers un camp de rétention. Une fois le Spectacle assuré, l'accès à la zone était interdit aux journalistes, et le ballet des policiers et des pelleteuses entre en scène. Des centaines de réfugiés, parois mineurs, se retrouvent à présent dispersés sans plus de solution. Certains se replieront vers Paris, où un autre campement de fortune sera expulsé et détruit les jours prochains.
https://www.mediapart.fr/portfolios/calais-les-dernieres-heures-des-migrants-dans-la-jungle

- Esprit nantais

Nantes est une métropole dynamique, et débordante d'énergie. « La mairie annexe Nantes Nord attaquée à coups pavés » titre un quotidien local dimanche. Visiblement, le week-end a été agitée dans les quartiers Nord. Samedi soir, une baie vitrée municipale a été criblée d'impacts et de feux d'artifices. La même nuit, une voiture de police avait reçu un pavé.
http://www.presseocean.fr/actualite/nantes-la-mairie-annexe-nantes-nord-attaquee-a-coups-de-paves-29-10-2016-208152

Link_go source sur face de beurk, hélas...