Tuer les fantômes

Mis a jour : le mercredi 26 décembre 2018 à 21:44

Mot-clefs: luttes salariales gilets_jaunes
Lieux:

Après avoir eu le bonheur non fein de passer au milieu des gilets jaunes là où je vis, et avoir pris le temps de lire les "pour" et les "contre", parfois nuancés,  de parler avec des personnes qui se sont rendus dans la masse flo, je me suis dit que moi aussi, j'allais apporter ma contribution sur les Gilets Jaunes.

"Il existe trois sortes de despotes. Il y a le despote qui tyrannise le corps. Il y a le despote qui tyrannise l'âme. Il y a le despote qui tyrannise à la fois le corps et l'âme. Le premier s'appelle le prince. Le deuxième s'appelle le pape. Le troisième s'appelle le peuple." Oscar Wilde

Je ne vais pas revenir sur la genèse du mouvement, sur une analyse fort sociologique des individu-es qui se mettent un gilet jaune fort fluo. je vais tenter un texte de fond.

Autant commencer par la fin, je ne compte pas aller sur les ronds-points, ni aux manifestations, fut-elles émeutières, destructrices, des Gilets Jaunes. Un des arguments qui revient le plus souvent pour justifier (d'ailleurs, si des révolutionnaires se sentent obligé-es de justifier leur participation à un mouvement, c'est bien que ça coince quelque part non ?), c'est que c'est un mouvement populaire. De la CNT-AIT, aux amis de lundi matin, à d'autres textes, on parle de peuple, parfois de classe. Or, qu'est-ce que le peuple ? Naïvement, je pensais que ce concept plus que fourre tout avait disparu, si tant est que l'on souhaite la destruction de ce monde. Raté, une nouvelle fois. Le peuple, l'humanité, le prolétariat, les hommes, les femmes ne sont que des fantômes, comme Dieu  (ou Allah). Ils existent en tant que regroupement sociaux avec une destinée commune seulement parce que des individu-es le souhaitent, et agitent ces concepts comme des hochets. Ils nient l'individu, l'assignant à une identité. Comme le dit très bien le texte "Les jaunes sont-ils devenus aussi nos amis ?", des individu-es, pas des vêtements. Le peuple n'existe pas, il n'y a que des individus avec leur histoire, et il n'y a aucun intérêt en commun. Peu importe que ce soit le peuple français, le peuple ouvrier, le peuple opprimé. De plus, en quoi un "mouvement populaire" serait forcémment quelque chose de positif ?

Ce mouvement est vu comme auto-organisé, grâce à Facebook. Exit la critique de l'aliénation technologique, qui ne devient plus qu'un outil pouvant servir LA cause, à laquelle chacun-e est prié-e de se sacrifier. Malheureusement, je n'ai mis ma cause en rien. De plus, une auto-organisation via facebook, c'est encore une fois un mirroir aux alouettes.  Je suppose qu'il y a des individu-es derrière les pages, les groupes etc. Qu'il y a forcémment des personnes pour jouer le rôle de modos. De plus auto-organisation ne signifie en rien refus de la représentativité, par essence. On peut s'auto-organiser parce qu'on estime que pour le moment, personne n'est apte à nous représenter. Le mot d'ordre qui fait conscensus chez les Gilets Jaunes est "Macron Démission" (encore un effort les appellistes, et on passera à Macron Destitution). Macron est le problème ? Vraiment ? S'il démissionne, il va bien falloir le remplacer n'est-ce pas ?

Un autre élément, c'est la violence destructrice des manifestations, les Actes à Paris. Et alors ? Tout ce qui bouge est rouge (et noir) ? Quand la FNSEA se livre à de multiples actes de destructions, c'est la guerre sociale ? Quand des nationalistes cassent des vitrines ou saccagent des centres d'hébérgement de migrant-es, c'est l'insurrection qui vient ? Cette fascination pour la violence urbaine, la culture de l'émeute, me semble très Sorelienne.

Le bulletin Avis de Tempête justifie la participation dégagée, avec ses propres temporalités. En effet, une revendication de la CGT n'est pas plus exitante que celles des Gilets Jaunes. Aucune revendication ne l'est. "Laissons aux mandiants les lamentations et les pétitions", écrivait un individualiste au front large. L'article du bulletin fait la liste de toutes les actions trop top guerre sociale. Comme d'autres font la liste des actions trop top réactionnaires et racistes. Une question me vient à l'esprit. Si tout se vaut, alors pourquoi n'avoir pas été casser du flic, enflammer des poubelles, et casser avec les Manifs pour Tous ? En effet, le cortège de tête laisse défiler maoïstes en goguettes, et autres raclures autoritaires. Mais qui a dit qu'on devait y participer ? Qui a dit que le 1e mai n'a été que joie et destruction ?

Les Gilets Jaunes, c'est aussi le monde moderne qui se mobilise, gavé à facebook, netflix, youtube. Un monde où le complotisme avance, avec les relents nationalistes, antisémites. Où l'anti-féminisme (non la critique anarchiste du féminisme) est en pleine forme. C'est ce monde qui est là, chaque jour, aux côtés des Gilets Jaunes. Je n'y cherche pas de complices, je ne profite pas d'un mouvement pour péter des trucs. Parfois, la révolution, l'insurrection deviennent aussi des fantômes. Et c'est bien dommage.

Je pense aussi qu'il est important de ne pas faire l'économie d'une critique du populisme, malheureusment je n'ai vu qu'un seul texte à ce sujet. Peut-être que le 6 février 1934 ne parle à personne. Bien évidemment, il ne s'agit pas pour moi de faire un parallèle. Juste de montrer que la violence "populaire" et insurrectionnelle n'est pas libératrice en soi.

Pendant ce temps, des individu-es subissant le lycée font aussi beaucoup de grabuge, mais ça intéresse moins. Pourtant, le traitement médiatique des deux mouvements, et la répression policière n'est pas la même. Imaginez 1 ou 2 morts lors des manifs de lycén-nes...

SI je pense qu'il est toujours bon de se lancer à l'assaut de l'existant, je pense qu'il est nécessaire de tuer les fantômes. Et si la destruction est certes importante, j'ai le sentiment (las, il faut bien l'avouer) que la destruction des rapports sociaux, un autre pilier du capitalisme, passe bien après. C'est moins guerrier, c'est moins riot-porn, et y'a pas de communiqués incendiaires à ce sujet. Pourtant...

Alors s'il est primordial de tuer le progressiste dans sa tête, il l'est aussi d'abattre les fantômes, tyrans eux aussi.

Commentaire(s)

> .

Merci beaucoup, ça fait vraiment plaisir de lire cette analyse ... l'anarchisme en France n'est pas mort, et la réflexion non plus ! Bravo, et merci d'avoir remis les choses à leur place.

> pas merci

Ce genre de pamphlet n'est que la répétition de ce qui a été dit ici jusqu'à la nausée contre les gilets jaunes.

"Eve" se fout du monde en disant : "Je pense aussi qu'il est important de ne pas faire l'économie d'une critique du populisme, malheureusment je n'ai vu qu'un seul texte à ce sujet". Alors qu'il n'y a eu pratiquement que ça au début sur Indymedia, avant les réactions anti-puristes.

"Les Gilets Jaunes, c'est aussi le monde moderne qui se mobilise, gavé à facebook, netflix, youtube. Un monde où le complotisme avance, avec les relents nationalistes, antisémites." Ben voyons, après le nationalisme, le beaufisme, l'anti-féminisme, l'extrême droite, le complotisme, voilà l'antisémitisme qui est reproché aux gilets jaunes, Coleman doit se frotter les mains.

Evidemment, comme tu es contre tout le monde, si on fait le récapitulatif de ton "article", tu as bien fait de ne pas venir, tu aurais été bien seule et dépaysée, et ça te permet d'en parler avec les seules informations des médias du pouvoir, facebook, netflix, youtube, avec lesquels tu partage pas mal d'analyses.

> Pas de rien

J'ai été ravie de voir des drapeaux français, des slogans homophobes, des gens bourrés, la marseillaise. On aurait dit une manif de la france insoumise (ou du RN, je sais plus).

Justifie comme tu veux ta participation à ce mouvement, manifeste avec des nationalistes (marxistes ou autres), va parler au populo pour le recruter. Amuses toi bien.

Oui il y a de l'antisémitisme dans ce mouvement, si tu veux je t'emmène voir les tenant-es de "Macron fait chier avec son nez de juif" par là où j'habite.

Ah et je m'en tape de Colman, garde ton campisme sur les ronds points.

Bisoux.

> @non

Des textes qui critiquent le populisme en vérité y'en a pas eu tant que ça. Des critiques de certains aspects des GJ oui, mais de celui-là très peu. C'est pourtant une question importante, qui va "nous" revenir dans la gueule sans cesse, à voire comment il progresse ici et dans le reste du monde.

Quand au qualificatif de "puristes" parce que des gens émettent des critiques et veulent discuter de fond, on sait d'ou ça vient... J'ai bien envie de te retourner celui de "confusioniste", ou de "populiste". En tout cas merci de ta non participation au débat. Visiblement le nationalisme, l'anti-féminisme, etc dans ce mouvement n'existent pas. Tout est beaux et magique... Avec ça autant dire on va plutot pas avancer pour le comprendre.

Alors fonce tête baissée, le vieux monde est encore en toi.

> ha, ha !

"J'ai été ravie de voir des drapeaux français, des slogans homophobes, des gens bourrés, la marseillaise. On aurait dit une manif de la france insoumise (ou du RN, je sais plus)."

T'as rien vu du tout, t'avais des oeillères dès le départ, comme les autres idéologues de la Révolution !

Ce que t'as cru voir, c'est ce que t'ont montré les médias du pouvoir, "facebook, netflix, youtube" qui sont tes seules sources "politiques"

Tu ne peux rien voir puisque tu ne te mélanges pas à la racaille et que t'en es fière.

"d'ailleurs, si des révolutionnaires se sentent obligé-es de justifier leur participation à un mouvement, c'est bien que ça coince quelque part non ?"

ça c'est du raisonnement ! les jésuites n'auraient pas trouvé mieux. Sache qu'on n'a rien à "justifier", on participe à une lutte, toi t'es derrière ton ordi.

> reste chez toi, le vieux monde est derrière toi

Plus de dirigeant plus d’Etat pour profiter de nos combats

Depuis quelques semaines un esprit de révolte traverse plein de couches de la population. Si a la base le « mouvement des gilets jaunes » a commencé par rapport à la taxe du prix de l’essence, nous avons conscience qu’aujourd’hui il ne s’agit plus de gratter quelques centimes mais de renverser un système qui permet chaque jour aux riches de prospérer en nous mettant dans la galère.

https://iaata.info/plus-de-dirigeant-plus-d-etat-pour-profiter-de-nos-combats-2978.html

> On est bien avancé...

Alors y'a pas de drapeaux francais, pas de marseillaises, ou si y'en a ça à rien a voire avec des signes nationalistes ?

Y'a aucunes insultes homphobes, rien de raciste ?

Ou c'est juste tu te sens pas concerné par les trucs puants qui peuvent se passer (masculinisation volontaire) parce que ça te touche pas ? Et du coup tu/vous t'en fout ?

Ou alors comment tu (ou on) réagit pour que ça arrive plus ? C'est possible de poser ça et d'en discuter ? De discuter de la droitisation de la société et la poussée nationaliste, de l'émergence un peu partout du populisme, et de ce que ça change dans les "mouvements sociaux" ?

Ou alors les gens qui disent ça sont juste des "puristes" ou des "idéologues" ? Forcément que derrière leur ordinateur, sinon iels auraient bien vu que toutes ces merdes existaient pas du tout évidemment...

Si c'est le cas, ben on a pas grand chose à discuter. Encore une fois foncez tête baissée, on verra bien au final pour qui vous avez roulé. En tout cas des "insurections" y'en a eu de tout bord. Sans doute un truc idéologique que de dire ça...

Ciao bonsoir la pénsée politique, vive l'émeute über alles !

> et les pogroms c'était pas populaire ?

Je conseille de lire les textes et discours de Mussolini ... ou de s'intéresser à l'histoire de l'Allemagne et des pays autour dans les années 30 et avant. Les pogroms c'était des manifestations populaires de rage. J'imagine que nos défenseurs des Gilets Jaunes auraient été du côté des ceux qui cassaient les vitrines des magasins juifs (et seulement ceux-là) ...

> j'ai rien vu mais j'en ai entendu causer

Y'en qui n'ont vu que "des drapeaux francais, la marseillaises, des nationalistes, des homphobes, des populistes"

mais qui n'ont rien vu d'autre, parce que n'étant pas là, ils (masculinisation volontaire) ne peuvent que se fier à leurs médias idéologiques habituels.

> Il y a une modération sur indymedia ?

Pasque comparer les Gilets Jaunes à "ceux qui cassaient les vitrines des magasins juifs (et seulement ceux-là)" et qui faisaient des "pogroms", ça me semble un peu limite, non ?

> .

Pourquoi limite ? C'est un très bon exemple d'émeutes populaires ... je sais pas comment c'est à Paris, mais dans les petites villes y a que des marseillaises, des drapeaux français, des bikers avec leurs drapeaux sur la moto, et j'en passe ... alors arrêtez de vous foutre de la gueule du monde ... à la campagne les Gilets Jaunes c'est tous les gros beaufs qui ont voté FN aux dernières élections ... faudrait sortir de vos quartiers bourgeois et vos AG de profs, pour vous rendre compte que la "grogne" elle vient du bon petit français qui s'intéresse plus au prix de l'essence qu'aux migrants qui meurent dans les Méditerranée ou dans les Alpes.

Et sinon, il parait que les Gilets Jaunes ont fêté noël avec des curés sur les ronds-points ... d'ailleurs des curés lefrévistes benissaient les rues de Paris avant les manifs y a quelques semaines ... mais sinon, on peut aussi faire semblant de croire que les cathos traditionnalistes sont aussi des grands révolutionnaires ... ils se sont fait la main avec la manif pour tous ... avec leurs portes ultras ils sont largement aussi doués que le cortège de tête pour s'en prendre aux flics et péter du mobilier urbain.

> @z

"mais qui n'ont rien vu d'autre, parce que n'étant pas là, ils (masculinisation volontaire) ne peuvent que se fier à leurs médias idéologiques habituels."

Ah si moi aussi j'étais à des manifs des GJ.

C'est quoi cette habitude d'activiste d'ailleurs, de renvoyer des "moi je fais 'des choses' (mais quoi déjà?) et pas toi nanana?".

J'y ai vu aussi d'autres choses que des trucs puants. Personne dit qu'il y a que des natios-homphobes-et-tout-le-toutim dans les GJ. Un peu de nuances tu connais ? C'est pratique pour comprendre le monde...

Mais j'ai aussi vu ces trucs puants. Et je suis pas le seul on dirait. Et par contre pas franchement grand monde pour y réagir.

Et même on dirait y'a plutôt un tas de gens qui ont l'air d'essayer de nier leur existences à ces trucs puants (genre toi), parce que ce serait trop "puriste" ou "idéologique" d'en parler pour voire ce qu'il faudrait en faire.

"Mais nan voyons, c'est 'le peuple.'"

Hein, mais c'est quoi "le peuple" ? Allez, va faire ton populiste à la RN/FI, c'est la mode. Ptet t'aura une place au chaud, mais soit zélé parce que c'est pas gagné, y'a de la concurrence.

Quand tu parles de "médias idéologiques habituels" tu parle des gauchistes de Nantes Révoltée ou de Lundi matin ? C'est sur que y'a toujours des ptits bourges pour rêver de s'encanailler, et puis de faire du clic et recruter. Peu importe avec qui on se mélange, on cherche juste des bras et de la légitimité...

Mais c'est quand qu'on sort de cette fétichisation de petits bourges que tous les pauvres sont des camarades. Et de parternalisme malsain que c'est juste qu'il faut les éduquer parce qu'ils le savent pas encore ?

Alors si moi et d'autres on dirait qu'on a vu quelques trucs, mais en tout cas on t'écoute pas causer parce que ça rime à rien ton discours.

> A Paris ya rien qui se passe.

"je sais pas comment c'est à Paris,"
A Paris il n'y a rien. Pas un Gilet Jaune.Certes ça pète quand les manifestants de province viennent. Alors les coucous appelistes se précipitent plus quelques lascars qui viennent profiter. Et ils ont raison. Les lascars.
Sinon c'est simple il n'y a rien. Pas plus qu'en banlieue d'ailleurs.
Il y a les lycéens qui se battent en banlieue et à Paris, mais c'est pas à proprement parler des Gilets jaunes.
C'est aussi simple que ça.

> ...

Plutôt d'accord avec Eve, mais avec quelques nuances. Sexisme et homophobie, par exemple, il y en a encore pas mal dans nos 'milieux' qui font pourtant de gros efforts (grâce aux militant-es LGBT et/ou féministe). Mais l'immense majorité de la population n'en entend pas parler. C'est déjà dur de déconstruire, mais s'en aide et/ou sensibilisation, c'est juste pas possible. On peut le regretter, mais on ne peut le reprocher à personne.
Pareil pour l'auto orga. Par chez moi, peu de Facebook, tout dans des AGs bordéliques à souhait (qu'il serait d'ailleurs très facile de manipuler). Une autonomie décisionnelle qui crèe des conflits, etc...
Après, je ne vois rien de révolutionnaire dans les revendications. Par contre je veux bien croire que ce mouvement est pré-révolutionnaire, mais de quel côté va tomber la pièce ? Le FN attend de voir, mais en ayant joué la confusion avec la partie sociale de son programme, ça peut aussi bien partir en live de l'autre côté. Dans la mesure où on n'a aucune influence sur la pièce, on ne peut que croiser les doigts.
Y à aussi une chance que ça parte en 'conflit civil' il me semble.

> C'est le festival des profs en radicalité derrière leurs ordis

A défaut de participer à la moindre lutte (des exemples de luttes qui vous plairaient ?), les maitres à penser dégueulent sur les luttes des autres. Mais alors avec une mauvaise foi sidérante :

"Personne dit qu'il y a que des natios-homphobes-et-tout-le-toutim dans les GJ." Si, si, c'est exactement ce qui est dit, jusqu'à comparer avec les pogroms et l'antisémitisme des années 30 !

Moi j'ai fait toutes les manifs et j'ai pas vu de manifestations d'antisémitisme ou d'homophobie. Ce qui ne veut pas dire qu'il n'y en a pas eu quelque part, mais c'est sûrement pas la caractéristique des GJ comme certains voudraient le fzire croire. J'ai même entendu l'Internationale en réponse à la Marseillaise et des slogans contre le capitalisme et l'Etat. J'en déduis pas que les GJ sont un mouvement révolutionnaire, je prends pas mes désirs pour des réalités comme les professionnels de la Révolution, je dis juste ce que j'ai vu.

Ce qui déplait chez les GJ, c'est en réalité leur spontanéité et leur autonomie que ni Le Pen ni les gauchistes plus-radical-que-moi-tu-meurs n'ont réussi à récupérer.

> .

Quand la presse bourgeoise, de gauche et républicaine est plus interessante que les analyse à la mort moi le noeuds des idéologues de la pureté : http://www.slate.fr/story/171594/gilets-jaunes-antisemitisme-pretexte-pouvoir-vigilants

> encore !!

mais c 'est un vrai déluge de fantasmes :
" mais dans les petites villes y a que des marseillaises, des drapeaux français, des bikers avec leurs drapeaux sur la moto, et j'en passe ... alors arrêtez de vous foutre de la gueule du monde ... à la campagne les Gilets Jaunes c'est tous les gros beaufs qui ont voté FN aux dernières élections ..""

ho on ne dit as que y en a pas !!! tu comprends la nuance ?ce n 'est pas du tout la caracteristque majoritaire,absolument pas !!
alors arreter avec les inventions tellement grosses que ç a en devient des mensonges puants.
un peu comme si je disais car je l'ai vécu bien des fois dans des manifs:les anars le seul drapeau qu'ils aiment c 'est celui de Kronenbourg parceque j'en ai vu des avinés dans les rangs des anars dans mes manifs !! et qui gueulaient: a mort les enculés de flics !! bien homophobe en plus !! et apres aller se finir au bar !!
mais je ne suis ni sot ni menteur !!

> le fascisme c'est trop d'la balle

Si ça ne vous dérange pas de vous retrouver en manif à coté de curés et de l'Action Française, ou des identitaires, ben allez-y, faites vous plaisir.

Y a quand même un petit détail que vous oubliez : que des mouvements comme les Gilets Jaunes ont déà eu lieu dans un passé récent (les bonnets rouges ça vous dit quelques chose ??? Et le côté "manif véner" c'est aussi vu dans la manif pour tous), et surtout, qu'il y a un retour du populisme en Europe, comme en atteste la situation italienne, mais pas que ... que tous les fascos d'Europe se sont de suite reconnus dans les Gilets Jaunes, avec comme exemple Pegida qui a fait des manifs avec des Gilets Jaunes.

Maintenant, si le fait de vouloir voir des "mouvements sociaux" dès qu'il y a des émeutes est plus fort que votre raison, le réveil va ête douloureux, et surtout, assez honteux pour vous lorsque ça va partir dans la direction que ça semble prendre depuis le début ... J'espère que tous ceux qui défendent les Gilets Jaunes assumeront d'avoir soutenu un mouvement fasciste en éclosion.

> lol

"Moi j'ai fait toutes les manifs"

Amusez vous bien est omnipotent, c'est Dieu.

> le plancher

C'est classe, enfin si on peut dire, ce carnaval a fait sortir ce qui restait dans la cloque contestataire. C'est rien de dire qu'on n'était jamais tombés aussi bas, été aussi pathétiques dans ce désir qui a depuis longtemps remplacé la critique. A la traîne de ce pays réac, de cette petite propriété qui est finalement le rêve libéral/libertaire, et qui a servi depuis deux siècles, tant il est "nouveau", à écraser toutes les tentatives de révolution, d'émancipation, et toutes les minorités du coin. A rapetasser le format quatrevingtneuviste. En fait quelque part, oui, quelque chose s'est passé, un cap a été franchi, on n'existe plus en tant que signifiant créditable de quoi que ce soit. Vivement qu'on débarrasse le plancher.

> et pendant

Et pendant que la classe moyenne en voie d'appauvrissement relatif s'indigne de suivre dans la machine à jambon économique ces pauvres qui, eux, c'est bien connu, abusent avec leurs cinq cente euros par mois (entendu encore il y a peu), la classe moyenne riche, les inoxydables quinze/vingt pour cent qui permettent aux macron de toujours passer d'une tête au second tour devant le diable d'opérette, nous signent par troupes une pétition pour le climat, cette nouvelle manière de ne surtout pas questionner les rapports de richesse et la domination sociale. des batteries, du connecté, du convivial affinitaire, de la relance "propre" qui ne tuera, là aussi, planétairement, que les trois quatre milliards de surnuméraires pas rentables. Tant c'est cette bourgeoise qui "fait société", doit être préservée comme une espèce fragile... (et qui fournit socialement l'essentiel de la contestation à la deuxième génération).

> Don quichotte is not dead

Alors donc comme d'habitude on a encore droit au "celleux qui disent du mal ne font jamais rien depuis derrière leur écran". Degrès zéro du débat. Ou comment coller des comportements à des gens qu'on connait pas. Parce qu'évidemment apprement c'est impossible d'avoir un esprit critique ET de participer (à quoi au juste, on sait pas trop, puisqu'on peut pas en discuter). Ou encore comment se flatter de "faire" sans que ce soit très clair quoi au juste. Parce qu'apparement c'est l'action qui compte en soi, rien à voire avec le quoi ou le comment.

Bref, il semblerait que l'argument principal après ça ce soit "ce que je n'ai pas vu n'existe pas", et tant pis pour les tas de témoignages qui disent que si.

> Flagellation révoltée

J'ai du mal à comprendre pourquoi ça frite ?
Ce mouvement donne raison à toute la frange contestataire qui traîne ici. Les spontanéistes ont l'illustration de leur point de vue. Les anars qui défendent qu'il faut une organisation même minimale pour une révolution sociale-libertaire aussi, du coup c'est pas gagné. Etc..
Pas de bol le soulèvement a lieu dans un moment de confusionnisme politique qui peut accoucher du meilleur comme du pire, et être manipulé sans vergogne (cf. L'apparition spontanée du RIC).
Mais enfin tout ça est la validation par le fait des critiques qu'on s'adresse en 'interne' depuis un bon moment. Au final tout le monde va peut être mettre de l'eau dans son vin. Ça fera pas de mal à toute la radicalité qu'on s'envoie depuis des années.

> AUX GILETS JAUNES

AUX GILETS JAUNES

Vous êtes entrés dans la lutte sociale après avoir compris que vous êtes trop opprimés. Croyants vous libérer de la peste de gauche, vous voulez vous rejeter vers le choléra de droite qui vous détruira.

Que veulent de vous ces charlatans avides de domination ?

Tous ont un même but : républicains ou communistes, royalistes ou fanatiques des religions, tous cherchent à vivre de la sueur de votre front et à vous tenir dans l'esclavage salarié.

Ils vous prêchent tous à leur manière mais leurs méthodes sont les mêmes : vous tenir sous leur autorité pour vous gouverner et vous exploiter sans vergogne.

Anarchistes, nous disons : « A bas tous les gouvernements car tous veulent vivre sur le dos des travailleurs. Qu'ils s'appellent Macron ou Poutou, Chouard ou Ruffin, Soral ou Asselineau, tous sont des politiciens qui cherchent leurs intérêts et non les vôtres ».

Exploités les plus frappés par la vindicte capitaliste, religieuse ou politicienne qui rançonne votre crédulité, brisez ces lourdes chaînes qui vous retiennent dans le salariat.

Tous les régimes sont autoritaires, car ils sont toujours basés sur l'exploitation de l'homme par l'homme.

A bas toutes les patries !

Ni Dieu, ni Maître, Vive l'Anarchie !

> J'admire la patience de spartacus

ça sert à rien de répéter toujours la même chose à des gens qui ne sont pas là pour débattre mais pour empêcher les autres de débattre.

On ne discute pas avec la mauvaise foi. Ces personnes ne trouvent que des aspects négatifs aux gilets jaunes, et quand elles n'en trouvent pas elles les inventent, mais elles voudraient en plus qu'indymedia ne parle QUE de leur point de vue. Comme ça ne peut pas être le cas, il ne leur reste que le spam et le harcèlement.

Il y a des tas d'articles intéressants sur le sujet, laissons-les à leurs rancoeurs.

> cour d'école

C'est un peu réciproque ton reproche. Tout ce que tu dis peut être reprit tel quel par ceux qui ne veulent pas s'extasier devant les Gilets Jaunes.
Ne lire que ce qui nous convient ne fait pas avancer le smiblick.
De toute façon la suite va bien montrer ce qu'il en sera. Mais il est fort à parier que quelle qu'elle soit cela aboutira aux reproches réciproques: "Vous avez permis la montée du fascisme" "Si vous étiez venus on aurait été plus nombreux" etc..

> trop drôle

""Anarchistes, nous disons : « A bas tous les gouvernements car tous veulent vivre sur le dos des travailleurs. Qu'ils s'appellent Macron ou Poutou, Chouard ou Ruffin, Soral ou Asselineau, tous sont des politiciens qui cherchent leurs intérêts et non les vôtres »."

ha quel comique ,ruffin un exploiteur et poutou qui se bat contre les licenciements avec des anars un vil patron !!
non mais faut vraiment répondre à ça d'une maniére politique ? pffffffffffffffffffff misére !!

> et encore!

mais c 'est pas vrai ce délire dans le mensonge permanent:
""Tout ce que tu dis peut être reprit tel quel par ceux qui ne veulent pas s'extasier devant les Gilets Jaunes. ""
qui ici s'extasie ?
personne !!
mentir sur les dies de ceux qui ,pensent autrement est une tactique stalinienne !!

> pas moi

""Ne lire que ce qui nous convient ne fait pas avancer le smiblick. ""
parle pour toi !!

> laissez tomber

si on peut traiter les gilets jaunes d'antisémites, de nazis, d'homophobes, ou même pire, comme dans les pires torchons de la presse mainstream, c'est qu'il n'y a plus de modération à Indymedia

> Il y en a, c'est un fait

Puisqu'il y a de tout (même un maton c'est fait pécho lors des premières manif' il me semble), ce qui rend incontestable le caractère populaire du mouvement. Dans la mesure où illes existent, la question c'est pas de savoir si le mouvement est ceci ou cela, mais est ce qu'on s'y investi ou pas. Vu le bordel et les différences locales, je dis chacun-es choisit son niveau d'engagement et personne ne peut le stigmatiser (le critiquer, oui, mais pas plus).
Passé les premiers tâtonnements, tout le monde à bien compris maintenant de quoi il retourne.

> le retour de Beria

qui ici s'extasie ?

Bon relit un peu toute la prose des apologues des GJ ça répondra à ta question.

personne !!
Tien un gros mensonge.

mentir sur les dies de ceux qui ,pensent autrement est une tactique stalinienne !!

A Stalinien Beria et demi.

> Le fond...

Finalement, je me rends compte que le fond de mon texte on s'en fout. Je parle, en plus de ma critique des GJ, de tuer les fantômes, et dans les commentaires ça reparle de mouvement populaire et compagnie. Bref, certain-es ne l'ont pas lu où n'ont pas voulu comprendre (comprendre ne signifie pas être d'accord).

Le fond, c'est qu'arrêter de croire aux fantômes permet de nouvelles perspectives, fort peu politiciennes, si insurrectionnelles soient-elles.

> ...

En même temps ton texte c'est juste des auto-affirmations idéologiques de toi-même, genre anar individualiste version CP, qui comprend que dalle mais qui affirme des banalités radicales péremptoire à la chaine avec aucun recul et avec une absence totale d'humilité.
A partir de rien, rien de sort d’intéressant.
Je te connais pas donc j'en ai rien à foutre en fait... Désolé mais ton Moi ne deviendra pas célèbre grâce à moi.

> à Eve

de quels "fantômes" parles-tu ?

> cite ...

""qui ici s'extasie ?
Bon relit un peu toute la prose des apologues des GJ ça répondra à ta question.""
déjà le terme "apologue" en dit long sur ta façon de penser. et si tu en as lu cites en quelques uns .
quant à moi je ne m'extasie pas je me contente de ne pas mentir .

> Pas besoin

Non c'est vrai, c'est pas vraiment de l'extase ou de l'apologie, c'est juste une sorte de non-débat de cours d'école ou on préfère attaquer la personne plutôt que ses propos, tout en les déformant. Tout ça en fin de compte ressemble plus à une volonté de régler ses comptes qu'à autre chose du coup.

Semblerait-il ce mouvement est parfait et il n'y a rien à redire. Il ne sert à rien de vouloir discuter de la présence en son sein des mêmes tensions que dans le reste de la société (homophobie, racisme ordinaire ou pas, sexisme, ...), de la présence de l'extrème droite, de sa dimension populiste dans les revendications. Et de ce qu'on peut essayer de faire de tout ça.

Comme c'est un "mouvement populaire" il faudrait tout accepter, et juste le suivre sans rien dire. Le penser comme un bloc homogène au lieu d'essayer de chercher ses lignes de fractures, d'y avoir une place en trouvant des alliées et en n'en laissant pas à la frange réactionnaire. On est bien avancé...

Pour aller plus loin, un texte qui fait écho à la posture de ceux qui semblent-ils ne souhaitent pas l'exercice d'un exprit critique sur les "mouvements populaires" : https://rebellyon.info/Gilets-jaunes-derriere-l-accusation-de-19904

@eve en tout cas ton texte m'a parlé et je me retrouve dans un certain nombre de choses que tu pose. Te fie pas à ceux qui passe du temps à écrire des commentaires rageux, çe ne représente pas la perception de l'ennsemble des personnes qui l'ont lu.

> et encore un !

et revoila le mensonge répété mille fois,on a beau dire que jamais personne n'a défendu une vision homogéne et 100% pur ,répété et répeté et encore répété revoila ce mensonge:

"Semblerait-il ce mouvement est parfait et il n'y a rien à redire.""

mais est ce donc possible de se baisser soi même à ce point,d'être si parfaitement incapable de se respecter soi même et mentir,mentir et mentir au dela de toute honte. ?

> sur quoi

Pardon, mais mentir sur quoi ? Aucune des remarques soulevées par ce texte ou dans les commentaires n'a reçue de réponses ou n'a été discutée.

> Par exemple

Une des seules réponses c'est (si on ne prend pas en compte les commentaires en mode "t'es qu'un.e puriste/idéologue/qui-fait-rien/derrière-son-écran"), je cite puisqu'il le faut on dirait : "Moi j'ai fait toutes les manifs et j'ai pas vu de manifestations d'antisémitisme ou d'homophobie. Ce qui ne veut pas dire qu'il n'y en a pas eu quelque part, mais c'est sûrement pas la caractéristique des GJ comme certains voudraient le fzire croire."

LA caractéristique... Si c'est pas un façon de penser ce mouvement comme un truc homogène, qui aurait une et une seule caractéristique...

Personne prétend qu'il n'y a que ça dans ce mouvement, mais il y en a, et c'est apparement juste impossible de le poser et d'en discuter. Et ce malgrès le nombre de témoignages un peu partout qui disent que ces choses arrivent...

> @surlefond

Euh... c'est expliqué dans le texte.

Pour moi, le peuple, le prolétariat, tout groupe social in fine, ce sont des fantômes. Ils n'existent pas en tout que groupement social avec un même objectif. Y croient seulement celles et ceux qui pensent que le prolétariat a une mission, que le peuple c'est chouette, l'humanité aussi. Or chacun de ces groupes est composé d'individu-es, qui n'ont ni les mêmes valeurs, ni les mêmes objectifs. C'est un concept d'abord posé par Max Stirner.

merci x pour ton retour.

> Mouvement populaire

Moi, je critique depuis le début (Spartacus pourra en témoigner, bien qu'on ne soit pas forcément d'accord) ce mouvement comme droitier dans ces revendications. Mais je le soutien aussi depuis le début.
Je sais pas d'où vous vivez ? Mais ce mouvement est parfaitement homogène, c'est en tous cas la société dans laquelle je vis de tout temps !
Oui il est disparate, dépolitisé, raciste (de 'base', en fait tousses connaissent des renois et des rebeux, qui elleux sont ''des gens bien''), des sexistes, ... Et pour tout cela il est critiquable, et faut surtout pas faire l'impasse. mais il est aussi une rupture brutale avec l'atomisation imposé des rapports sociaux, une résurrection d'une solidarité de classe (des petites boîtes qui donnent aux ronds points, alors qu'elles gagnent peu de thunes en vrai), une acceptation de la ''violence'' comme moyen, qui met sévèrement en perspective les positions de l'ACIPA par exemple (et bien d'autres c'est juste un exemple). Les GJs contre nddl auraient maintenus des appels à manif' sur Nantes... Bref une subversion inédite et qu'on aurait jamais pu inicier.
Le critiquer c'est déjà y participer (et c'est important), je pense qu'il ne faut pas le rejeter, ça serait une erreur.

> tuer le jésuitisme !

Parfaitement, "j'ai fait toutes les manifs [là ou moi j'habite] et j'ai pas vu de manifestations d'antisémitisme ou d'homophobie. Ce qui ne veut pas dire qu'il n'y en a pas eu quelque part, mais c'est sûrement pas la caractéristique des GJ comme certains voudraient le faire croire."

ça dit bien ce que ça veut dire, et quand on répond "Personne prétend qu'il n'y a que ça dans ce mouvement, mais il y en a, et c'est apparement juste impossible de le poser et d'en discuter", ce qui est impossible à dire c'est une position différente de celle des donneurs de leçons diplomés es radicalité.