Sans-Papier de Lille

Mot-clefs: Archives
Lieux:

EVACUATION " SANITAIRE " à la Bourse du Travail,MALTRAITANCE à l'Hôpital : la grève de la faim continue
MALTRAITANCE à l'Hôpital : la grève de la faim continue
Comité des Sans Papiers, sans local, Tel : 06.80.57.50.61- Fax :
03.20.56.13.37

EVACUATION " SANITAIRE " à la Bourse du Travail,
MALTRAITANCE à l'Hôpital : la grève de la faim continue

Ce matin vers 9h00, au 47 ème jour de grève de la faim, M.
LEMERERE, Directeur de Cabinet de M. RICHER Préfet de Région
accompagné de M. GOLDSTEIN Médecin chef du SAMU sont arrivés à la
Bourse du Travail pour demander " l'évacuation sanitaire de tous les
grévistes de la faim " .

Au même moment une délégation du CSP59 était reçue par M. MARX,
Secrétaire Général adjoint de la Préfecture dans le cadre de "
l'ouverture des négociations ", acceptées par M. RICHER Préfet de
Région.
Messieurs LEMERERE et GOLDSTEIN " inquiets de l'état de santé des
grévistes " ont informé qu'il s'agissait d'emmener les grévistes à
l'hôpital.

Rappelons que dés lundi 30 juin l'Assemblée Générale des grévistes
avait décidé l'hospitalisation comme alternative à la position
jusqu'au boutiste affichée jusqu'ici par M. le Préfet.

Le CSP59 a demandé et obtenu l'engagement verbal de Messieurs
LEMERERE et GOLDSTEIN que tous les grévistes de la faim sans
exception, soient hospitalisés.

Avant même que l'évacuation sanitaire ne soit terminée, Amar
LEBOUAZDA parti parmi les premiers au CHR de Lille faisait l'objet
d'une tentative d'expulsion de l'hôpital. Puis c'est le cas de Bagdad
MOULFI à l'hôpital Provo de Roubaix et d'autres à St Vincent, à St
Philibert, et à Tourcoing . Dans tous ces hôpitaux on nous signale
des infractions flagrantes contre le droit de visite y compris pour
les familles. Des infirmiers et infirmières ont signalé qu'ils sont
tenus mains liées par des consignes claires et précises d'agir de la
sorte et contraire à leur éthique de personnel soignant.

Au CHR et à St Philibert les grévistes sont mis dehors et la police
est sur les lieux pour intimider les grévistes. Où est la prétendue "
humanité " affichée par Monsieur le Préfet, lequel a déclaré selon
son Directeur de Cabinet " l'évacuation se fera dans le respect des
règles du secret professionnel et des propres intérêts des grévistes
" ?

Au moment où nous écrivons seuls les hôpitaux d'Armentières (*) et
de Seclin semblent respecter l'engagement pris par les autorités
préfectorales et hospitalières.

Tous les grévistes de la faim qui sont menacés d'expulsion des
hôpitaux se sont vu remettre un document sur lequel ne figure pas de
noms de médecins et qui précise : " doit sortir de l'hôpital où il
n'accepte pas les soins n'acceptent pas les soins , ni les examens ni
l'hospitalisation. La sortie est demandée pour libérer les zones
d'examen ". Ils ne sont pas à une contradiction prêt, car tous les
grévistes de la faim ont accepté d'être hospitalisés à la demande du
Préfet , du SAMU et en accord avec le CSP59 devant la presse comme
témoin.

En réalité il s'agit tout simplement d'un stratagème de la
Préfecture et des autorités hospitalières qui veulent utiliser le tri
médical comme base administrative des régularisations et des refus.
Où est la "LOI" dans tout ça?

Il est clair que la nouvelle stratégie du Préfet est tout
simplement d'instrumentaliser les hôpitaux pour faire capituler les
grévistes de la faim en ajoutant à leur souffrance celle d'une
maltraitance délibérée et consciente.

Monsieur le Préfet prend là l'entière responsabilité des
conséquences qui pourraient advenir dans une telle situation.

Le CSP59 déclare solennellement que la parole donnée
d'hospitalisation sans exception de tous les grévistes doit être
respectée ainsi que le respect rigoureux de la Charte du Patient : "
1- le Service public est accessible à tous et en particulier aux
personnes les plus démunies (...). 3- l'information donnée au patient
doit être accessible et loyale. Le patient participe aux choix
thérapeutique qui le concerne. 4 - Un acte médical ne peut être
pratiqué qu'avec le consentement libre et éclairé du patient."

Sur cette base le CSP59 exige :
1- les droits des grévistes de la faim doivent être respectés dans
les hôpitaux.
2- ils ne peuvent être expulsés des hôpitaux où ils ont été admis par
décision préfectorale
3- ils ne peuvent subir des actes médicaux qu'avec leur consentement.
4- l'accès aux grévistes doit être libre et en conformité avec les
horaires des visites
5- la régularisation de tous les grévistes.

Lille le 04 juillet 2003

Le CSP59 appelle l'ensemble du mouvement et l'opinion démocratique :
à rendre visite aux grévistes dans les hôpitaux ( CHR de Lille, St
Vincent et St Philibert à Lille, Provo à Roubaix, Dron à Tourcoing,
et l'hôpital d'Armentières et de Seclin)
à se rendre au Q.G de la lutte à la Bourse du Travail.
à envoyer vos fax et lettre de protestation au Préfet pour exiger la
régularisation des grévistes (03.20.30.52.52)

MANIFESTATIONS
Les samedi 05 et 12 JUILLET à 15H
rassemblement Bourse du Travail rue Geoffroy St Hilaire

(*): 19H15: 12 personnes ont été mise hors de l'hôpital d'Armentière.