Nous sommes en guerre...

Mis a jour : le vendredi 20 mars 2020 à 22:37

Mot-clefs: Guerre contrôle social immigration
Lieux:

Oui, ça n'a rien d'original, Macron/Jupiter et ses accolites sont en guerre...  Puisqu'ils l'affirment eux même, autant voir ça dans le détail...

NOUS SOMMES EN GUERRE …

Cette phrase nous a été énoncée tant et plus lors du dernier discours présidentiel, c’est à dire celui de l’actuel chef des armées, qui dés son intronisation a judicieusement été surnommé « Jupiter ».

Oui, on le sait vous êtes en guerre !

De notre coté, nous les sans dents, la France du bas, le « peuple », les travailleuses, femmes au foyer, travailleurs, chômeur.euse.s, sans papiers, les « précaires »,etc, etc, on ne sait trop comment le prendre : ce NOUS correspond t’il au NOUS royal de « Votre Altesse » ou à un « nous » plus généraliste, un peu moins pédant (mais très peu), celui d’une certaine classe sociale placée en haut du panier, ou peut être même ce NOUS nous engloberait il et du coup nous placerait t’il sur un même pied d’égalité avec vous… ? Vu le nombre incalculable de « JE » qui ont entourés ce NOUS tout du long de ce superbe discours nous reléguant, sans doute bien tardivement, au confinement, le doute n’est plus permis. Il me semble impensable que ce NOUS puisse nous englober, nous autres les petites mains, car vous ne vous abaisserez sans doute jamais à une telle humiliation, même si vous tenterez toujours de nous faire croire le contraire. L’option d’un NOUS plus généraliste correspondant à une certaine classe sociale est donc l’option à retenir !

C’est le « NOUS » de toute cette classe ambitieuse et prédatrice des politicards de tous bords, toujours aux ordres des financiers, du MEDEF et des autres gros gourmands de la même espèce que je retiens. Celles et ceux qui sont représenté.e.s par ce NOUS croisent le fer élection après élection pour le top du top, le nec plus ultra : nous diriger, nous commander, nous exploiter... ! Et donc, bien entendu, nous faire la guerre, génération après génération… ! Donc oui, on l’a bien compris, VOUS ÊTES EN GUERRE, contre nous !

Mais aujourd’hui, nous avons un ennemie commun : le Covid 19, qui, s’il nous menace plus particulièrement, menace aussi votre position de pouvoir, intimement liée à notre capacité d’assurer l’alimentation des chaînes (joli mot n’est ce pas… ?) d’exploitations et de productions, et donc l’accroissement de vos fortunes respectives et la bonne tenue de votre carrière. A l’image des hôpitaux publiques, nous autres avons une santé globalement plus dégradée et un accès aux soins sommes toutes relativement limité (voir, pas d’accès du tout), en comparaison avec votre propre accès de riches et très riches auprès de ces services. De plus celles et ceux qui ne restent pas confiné.e.s, parce qu’iles doivent continuer aujourd’hui à faire avancer la machine infernal qu’est cette société capitalisme à bout de souffle que vous nous imposez, sont bien plus exposé.e.s que vous qui restez bien à l’abri et qui vous permettez de nous donner des leçons (un peu comme vous faites avec la chair à canon des guerres passées, présentes, à venir...)

Depuis pas mal de temps, les différents acquis (rien ne l’est jamais avec vous…) gagnés grâces aux âpres luttes sociales des générations précédentes sont sévèrement attaqués. Ces précédentes générations dont nous sommes les descendant.e.s, ont toutes été victimes de vos guerres toujours plus meurtrières, ne l’oublions pas. Si les traumatismes liés en sont notre héritage, vous vous êtes vu, après l’armistice, dans l’obligation de lâcher du lest et c’est ainsi que les derniers acquis sociaux ont pu voir le jour. Mais qu’il s’agisse du système public de soins, de l’éducation publique, d’aide aux plus démunis, d’assurance chômage, de systèmes de retraites, etc, vous menez aujourd’hui votre guerre permanente et sans merci contre nous qui pourtant, contrairement à ce vous aimeriez que l’on croit, ne faisons pas que profiter de ces systèmes d’aides sociales, mais en sommes avant tout les principaux pourvoyeur.euse.s ! Il semble cependant évident que cela ne peut vous satisfaire, car l’enrichissement des établissements privés proposant ces mêmes services est devenu votre priorité absolue. Même si un nombre phénoménal de personnes resterons dans l’impossibilité d’y accéder au final et seront directement menacées pas la précarité, la misère et la mort. Dans cette guerre que vous nous menez, cela a même sont intérêt, celui de la carotte pour faire avancer les troupes laborieuses dans la direction qui vous arrange, quitte à les faire marcher sur la tête des compagnon.ne.s d’infortune et à briser les solidarités et même jusqu’au respect de soi !

Brisez les solidarités est votre jeu favori, c’est ainsi que vous vous protégez. Encore une fois vous semez la guerre… Et on doit y faire face dans les rues, celles qui accueillent, semaines après semaines, mois après mois, nos tentatives désespérée pour nous défendre vis à vis de vos immondes agressions. Ces rues et places où vous nous envoyez vos sbires surarmés et surprotégés, dont la cruauté et la violence sont exacerbées par les ordres de vos préfets casquettés et autres ministres tortionnaires, eux même soutenus par votre justice expéditive et aux ordres.

A chaque événement marquant, comme par exemple les attentats des dernières années, vous utilisez la stratégie du choc pour asseoir un peu plus la répression et imposer « provisoirement » des lois sécuritaires des plus liberticides. Vous finissez immanquablement par inscrire ces lois dans la constitution afin qu’elles vous servent par la suite à combattre un peu plus férocement encore les luttes sociales. On est donc en droit de se demander comment vous allez de nouveau instrumentaliser l’actuelle situation. On peut déjà voir dans les médias mainstream la publicité outrancière qui est faites aux actes de reconnaissances à pas cher, hautement chargés en émotions envers le personnel soignant, tout comme pour d’autres occupations ludiques, mais gentiment patriotes, proposées pour nous distraire. À certaines heures, elles occupent d’un même élan national les confiné.e.s des différents pays. Il nous faut certes être sincèrement reconnaissant.e.s envers les soignants de tous niveaux, mais ça n’a jamais été de très bon augure ces réflexes nationalistes ou dégoulinants de bons sentiments citoyens en-veux-tu-en-voila. Ce sont les même réflexes émotionnels qui font leviers lors des lynchages… Votre police et votre armée vont aussi très certainement profiter à fond des cette belle aubaine par la mise en avant dans les médias de leur impressionnante bravoure et de leurs si beaux et désintéressés sacrifices. Nous savons que vous pouvez aller très loin dans ces instrumentalisations, et que ce ne sera jamais à notre avantage… Les rues désertes ont toujours été les plus belles garanties de votre paix sociale (celle que l’on vous fiche!). Il y a d’ailleurs si peu de différences visibles entre confinement et couvre feu...

Parlons aussi des guerres internationales qui ravagent des pays entiers. Vous en êtes les pourvoyeurs et en partie les commanditaires et les bénéficiares. C’est vous qui placez et rémunérez les personnes ici ou là dans vos usines d’armement pour en faire vos complices, vos mercenaires par procuration. On ne peut faire totalement abstraction de ces faits abjectes dans la compréhension de vos si nombreux « NOUS SOMMES EN GUERRE », sachez le ! De même, le rejet permanent, parfois directement à la mer, des innombrables exilé.e.s de tous âges fuyant ces guerres ou toutes autres situation de misère que vous provoquez est en soi une guerre des plus cruelles et cyniques !

Vous envoyez vos troupes soldatesques pour mâter les « terroristes » dont vous avez vous même et en toute connaissance contribué à créer les conditions de leur avènement et de leur multiplication. Les traumatismes du colonialisme et de l’esclavage qui vous ont enrichi sont encore bien présents. Leur continuité n’a pas fini de faire des dégâts considérables dans les populations et le néo-colonialisme, qui lui est bien là, est une agression permanente, une véritable guerre, sans merci… !

Donc, oui, effectivement VOUS ÊTES EN GUERRE. Vous l’êtes envers la majorité des personnes vivant sur cette pauvre planète . Et nous ne pouvons faire autre chose que de l’être nous aussi contre vous. Et un jour peut être, on a le droit de rêver, ça occupe notre confinement, nous nous unirons toutes et tous et une fois la guerre contre vous gagnée, nous construirons un monde meilleurs.

Nous cultiverons nos mémoires pour ne plus tomber dans vos travers autoritaires et aliénants !

Prenez donc bien garde à ce que que cette guerre que vous menez chaque jour et que vous semez partout ne se retourne définitivement contre vous ! Bien largement devant le Covid 19, vous êtes sans doute parmi ce qu’il y a de pire sur cette terre !

Commentaire(s)

> aussi

à rapprocher des déclarations de ce soir des Zozos de l'autorité du gang nommé république fRançaise sur la nécessaire organisation du travail salarié de "base" et du refus d'abandon de poste lorsque ou alors que toustes les cadres et supérieur-e-s sont en confinement ou droit de retrait ...

Encore les prols qui morflent !

rapports sociaux de production, luttes parcellaires tout ça