Rome - Pour un mai subversif

Mis a jour : le jeudi 23 mai 2019 à 11:23

Mot-clefs: immigration
Lieux:

 

Malgré tout ce qui nous pousse à l’action, principalement la satisfaction de notre besoin de dépasser la frustration et le sentiment d’impuissance auquel ce système d’oppression voudrait nous contraindre, dans nos têtes bourdonnent quelques réflexions que nous voulons communiquer.

 

On s’est rendu compte que se balader la nuit en l’illuminant d’incendies ciblés est une pratique qui est en train de se diffuser.  

 

Des objectifs ciblés comme les voitures d’entreprises impliquées dans des projets de domination (la guerre, la construction de structures d’enfermement, les déportations  etc.), les infrastructures du réseau technologique (laboratoires, antennes-relais, fibres optiques et les entreprises qui les gèrent ou qui collaborent avec) sont attaqués plus régulièrement et avec des moyens simples et facilement disponibles. Tout cela, allié à la propagation de ces structures au sein des territoires et dans les métropoles, aide la reproductibilité des actions contre ces dernières. On a vu en particulier augmenter les attaques de véhicules de location Enjoy, propriété d’ENI, multinationale italienne qui depuis des décennies dévaste les territoires et saccage les ressources avec le support de l’État italien.

Ainsi, pour donner de la force à ce front de la guerre sociale en cours, la nuit du 7 mai nous avons laissé du matériel inflammable et des détonateurs sur 6 voitures, nous leur avons mis feu et sommes partis. Les attaques et les sabotages anarchistes ne sont en fait pas plus que des étincelles dans le brouillard, mais quand ils convergent sur un même objectif ou se concentrent en une période ou un lieu spécifique, le spectacle peut être excitant et l’on cause ainsi quelques casse-têtes de plus aux défenseurs de ce système. Comme dans le cas de la récente campagne contre la Poste italienne qui collaborait à la déportation des indésirables (pour les riches européens) à travers sa compagnie Mistral Air.

Les attaques incessantes sous diverses formes ont contraint la Poste italienne à cesser sa collaboration avec l’État et consécutivement à cela à émettre un communiqué officiel dans lequel elle affirmait noir sur blanc ne plus réaliser d’expulsions. Une preuve de plus que l’action directe, si elle est bien ciblée et contextualisée, a une efficacité.

 

Ceci est notre invitation à s’en rappeler plus souvent et à ne pas se limiter à des attaques sporadiques (« des lampes dans l’obscurité ») aussi spectaculaires soient elles ; prêtons l’oreille à la direction du vent et aux propositions de campagnes spécifiques d’attaques, incendions avec constance et détermination les nuits du « meilleur des mondes », rendons visible la guerre sociale en cours que le pouvoir cherche à invisibiliser à tout prix, qui autrement ne vivrait que dans la tête des subversifs et sur leurs sites internet.

 

Nous nous unissons au lancement d’un mai subversif international en solidarité aux compagnons touchés par la répression en Italie.

Que tant de feux s’allument, se poursuivant les uns après les autres, pour que finalement s’embrase la prairie !

 

Solidarité aux compagnon/nes qui ont subi de dures condamnations en première instance pour le procès « Scripta Manent » _Vendetta !!!

Solidarité aux détenu/es et les personnes sous enquête pour les opérations « Panico, Renata, Scintilla », aux compagnonnes arrêtées à Madrid, à Stefano et Marco arrêtés à Paris.

Une pensée enfin au compagnon Mauricio Morales dix ans après sa mort.
Pour l’anarchie.

 

Commentaire(s)