Nantes: gardes à vue pour une banderole !

Mis a jour : le dimanche 14 avril 2019 à 14:21

Mot-clefs: Répression gilets_jaunes
Lieux: Nantes

Cet après midi, un rendez vous était donné à l'arrêt de tram Vincent Gâche pour confectionner des banderoles pour les prochaines manifestations des gilets jaunes.

1-medium

2-medium

3-medium

4-medium

Mais avant 16h, l'atelier créatif est rapidement interrompu : les forces de l'ordre en nombre encerclent la quinzaine de personnes présentes. Contrôles, photos, fichage de chacun et chacune. Tous ont été emmené en garde à vue. Pour des banderoles.

Ce n'est pas moins de 3 voitures de la BAC, la brigade cynophile, la CDI et même la commissaire Nathalie Frêche qui ont fait le déplacement pour arrêter ces dangereux délinquants. Le lendemain de l'entrée en vigueur de la loi contre les droits des manifestants, soi disant "loi anti casseurs".

Un rendez-vous circule pour aller dès maintenant devant Waldeck les soutenir et marquer notre indignation face à cette énième acte de représsion !

Link_go source

Commentaire(s)

> commentaires cachés

des commentaires intolérables ont été cachés. Les modos ne sont pas h24 derrière un ordi et dégagent dès que possible les commentaires malveillants.
Les réponses ont aussi été invisibilisées, merci à celles-ceux qui ont pris de leur temps pour remettrent en place le troll.

Pour le coup passage des commentaires en modé à priori.

> communiqué

« Nous sommes lycéens, étudiants, enseignants, sans emploi, salariés. Nous sommes 15 personnes, âgées de 17 à 52 ans.

Nous nous sommes retrouvés, vendredi 12 avril, à Nantes, pour peindre des banderoles. Il s'agissait d'un rendez-vous public. Il avait été annoncé lors d'une Assemblée Générale de Gilets Jaunes et sur les réseaux sociaux, pour préparer les manifestations du lendemain ainsi qu'un pique nique Gilets Jaunes.

A peine étions nous installés sur les bords de la Loire, avec nos pinceaux, notre peinture, nos draps et nos cartons, que nous avons été encerclés par des policiers de la BAC. Puis par des policiers anti-émeute. Eux même épaulés par la brigade cynophile. Et rejoints par la commissaire en personne. Une quarantaine de forces de l'ordre au total.

Nous avons subi un véritable guet-apens, organisé par la préfecture et le parquet de Nantes.

Après plus d'une heure d'enfermement à ciel ouvert, sous le regard interloqué des passants, nous avons été emmenés, et placés en garde à vue au commissariat central. Sur place, tous les officiers de police que nous avons rencontré nous ont affirmé qu'il s'agissait d'une mesure politique. D'une décision « venue d'en haut ». Mais ils ont obéi aux ordres.

Nous avons été accusés de « groupement en vue de commettre des violences ». Un délit prédictif, utilisé depuis peu contre les manifestants, qui permet d'arrêter n'importe qui avant même qu'il n'ait fait quoique ce soit. Grâce à ce motif hallucinant, les autorités nous ont fait subir 24H de garde à vue. Parfois à 8 dans une seule cellule. Enfermement, interrogatoires, prélèvements d'empreintes, absence de sommeil ... Puis nous avons été relâchés sans poursuite. Pour l'instant.

Appelons ces événements par leur nom : une séquestration manifestement illégale, suivie d'un vol, puisque la totalité de notre matériel de peinture n'a pas été rendu.

A présent, nous faisons partie des près de 10 000 personnes placées en garde à vue depuis le début du mouvement des Gilets Jaunes, la plupart du temps sans aucun motif valable. Une fuite en avant répressive et autoritaire sans précédent. Une atteinte au principe de la liberté d'expression.

Nous ne comptons pas garder le silence après cet abus de pouvoir caractérisé, et appelons toutes les personnes harcelées et humiliées par l’État à réagir et à s'organiser collectivement. »