[NANTES] MAJ des blessé·e·s de ce samedi

Mis a jour : le mercredi 24 avril 2019 à 21:39

Mot-clefs: Répression gilets_jaunes
Lieux: Nantes

Publié par le groupe: GroupStreet Medic Nantes

Après la mise en commun des différentes équipes medic présentes, et les nouveaux témoignages et photos que nous avons pu recevoir, nous comptons à présent à un minimum de 57 personnes blessés recencées sur l'après-midi de samedi.

Bon rétablissement aux victimes de la répression, force à elles !

Amour, maalox et serum phy.

17-medium

16-medium

15-medium

14-medium

13-medium

12-medium

11-medium

10-medium

9-medium

8-medium

3-medium

2-medium

1-medium

7-medium

6-medium

5-medium

4-medium

[ACTE XVI - 02/03/2019 - NANTES] [BILAN PROVISOIRE - MAJ 06/03]

Nous tenons tous d'abord à remercier les nombreux-ses medics venu-es d'ailleurs en France pour leur venue et leur solidarité, ce fut un grand plaisir de s'organiser avec vous !

Une pensée particulière pour le Medic transporté hier au CHU, on espère que ça va mieux.

A bientôt dans les luttes ;)

Les manifestant-es se regroupent entre la croisée les trams et la place de la bourse (Commerce) entre 13h et 14h, où le cortège s'élance le long des quais de la fosse. Il est très rapidement stoppé par les forces de l'ordre (Gendarmes Mobiles) dans une tentative de rallier la place Graslin, alors que le marché de la Petite Hollande n'est pas encore remballé. Nombreux tirs de lacrymogènes, au moins 4 tirs de grenades désencerclantes et usage de GLI-F4. Usage de la matraque et du tonfa envers celles et ceux qui tenaient la banderole, et une tentative d'interpellation qui n'a pas aboutie par les GM. Deuxième tentative de percer de la part du cortège via une rue parallèle, de nouveau repoussée sous les lacrymogènes.

Le cortège fait demi-tour, après un moment de flottement, vers la croisée des trams. Les manifestant-es se dirigent vers le château en passant devant la place Bouffay sous les invectives de la BAC et de la BRI, présentes en nombre. Vers 14h35, les camions de la CDI stationnés rue Kervégan et près du McDo Feydeau se mettent en mouvement en direction de la gare. La CDI contourne le McDo et forme un cordon jusqu'au terrain de football, maintenant les manifestant-es en joue au LBD. Au passage du cortège devant l'entrée de la rue de Strasbourg, les CRS y sont déjà positionnés, ainsi que côté château, de part et d'autre du Live Bar.

A 14h50, le gros du cortège est situé au miroir d'eau, les GM se mettent entre le cortège et la gare, et la BAC se planque derrière les CRS. Alors, au niveau de l'arrêt de Duchesse Anne, le pont Lu est bloqué par les forces de l'ordre, ainsi que l'accès à la gare. Un cordon de CRS suit le cortège, en compagnie de la BAC, à l'entrée du cours St Pierre, alors inatteignable. Les forces de l'ordre, positionnées entre la gare et le cortège lance une salve de lacrymos envers les manifestant-es, suivi d'un deuxième gazage massif, et la BAC s'approche du cortège au niveau de Duchesse Anne.

Recul des manifestant-es vers Bouffay où, au niveau du fast-food, une manifestante lance aux flics « Il faut protéger le MacDo hein ? ». S'en suit une impressionnante charge de la BAC à 15h, coordonnée avec la CDI et les CRS au niveau de la place Bouffay. Une enfant de 4/5 ans se retrouve perdue, au beau milieu de la charge, et sera exfiltrée par un groupe de Street Medics pour retrouver ses parents. La place Bouffay se retrouve inondée de lacrymos, tandis qu'au moins 8 grenades de désencerclement seront lancées à hauteur de tête, dont les projectiles en caoutchouc seront retrouvés jusque sur les terrasses.

Un cordon de CRS et de BAC-queux bloquent l'accès à la croisée des trams. Gazage observé au niveau du CHU, les personnes visées rejoindront le cortège vers Bouffay. Vers 15h20, après un moment de flottement, le cortège se re-dirige vers Duchesse Anne, puis vers le cours St-André/Cathédrale où règne une grande confusion sous les nombreux tirs de lacrymos, de grenades et de LBD40. Une grosse partie du cortège parvient à atteindre la Préfecture, tandis qu'une autre reste bloquée Cours St André. La première partie du cortège reste sur le cours des 50 otages. La deuxième partie du cortège (environ 300 personnes), cours St André, se fait à ce moment-là viser par la BAC. La première partie du cortège ayant dépassé la Préfécture cherche à rejoindre le reste des manifestant-es, mais le canon à eau leur barre la route. S'en suivront plusieurs charges de la BAC visant à mettre en échec la réunion des deux cortèges. Pendant l'une d'elles, on dénombrera au moins neuf tirs de grenades désencerclantes. Le cortège se réunit enfin et parvient à se diriger vers la croisée des trams à commerce.

A partir de Place du Cirque, les GM suivent le cortège au pas de course. Avant la croisée des trams, les GM sont posés Rue d'Orléans, empêchant le cortège d'avancer, Le cordon de forces de l'ordre coupe la tête du cortège. Arrivé à la croisée des trams, tous les accès sont bouchés par les forces de l'ordre. Le cortège tente une percée vers la place du Bouffay avant de se faire gazer massivement et repousser à nouveau vers la croisée des trams, puis la place de la Bourse (Commerce) vers la Fnac et le cinéma Gaumont. Le cortège dépasse alors le square Daviais vers le CHU.

Une partie se dirige vers le pont de la Madeleine, une autre vers le CHU, le cortège étant coupé en deux par les CRS sous un gazage massif. Arrivée devant le CHU, la première partie du cortège se dirige vers le quartier des Olivettes, suivi par la BAC. A nouveau gazé et grenadé, une partie de la manif poursuit son parcours vers rue des Olivettes, jusqu'à Tripode, sur l'île Beaulieu.

L'helico survolera le cortège en prenant des photos aériennes durant la majeure partie de la manifestation.
Nous avons entendu parler d'une tentative d'ouverture d'une maison du peuple sur l'île de Nantes, immédiatement réprimée par la CDI.

À 20h, une cinquantaine de camions de CRS continuent de tenir de le centre-ville en état de siège, alors qu'il n'y a plus d'affrontements.

Les interpellations de cette journée seront décrites comme extrêmement violentes. On en dénombre une quinzaine.

Ce bilan est toujours provisoire, c'est à dire qu'il est susceptible de se voir corrigé, modifié et complété.

Email Email de contact: streetmedicnantes_AT_riseup.net

Commentaire(s)

> Tout se barre

Mince alors, tellement d'innocents et d'innocentes ball flashé-e-s

Ce n'est plus ce que c'était les blackblocs, dans le temps ils protégeaient, parait-il, les manifestants .....

> a

J'arrive pas à comprendre où est le troll dans le commentaire précédent, quelqu'un pourrait m'expliquer ?

> Hahaha

Je me suis posé la même question.