Contre les actes antisémites, contre leur instrumentalisation, pour le combat contre toutes les formes de racisme

Mis a jour : le lundi 18 février 2019 à 20:59

Mot-clefs: Racisme Répression Resistances contrôle social antifascisme gilets_jaunes
Lieux:

Nous soussignés associations, partis, syndicats, indépendants, sommes toutes et tous activement impliqués dans la lutte contre le racisme sous toutes ses formes. La lutte contre l’antisémitisme fait partie à part entière de notre combat antiraciste. Nous condamnons fermement les actes antisémites, qui surgissent dans un contexte social et politique particuliers.

19fev-040d2-medium

Malgré l’ampleur du dispositif de répression policière et judiciaire déployé contre les Gilets jaunes par l’État, le mouvement continue de bénéficier d’un fort soutien populaire. Il n’est pas homogène et révèle une effervescence sociale. Face à un gouvernement déterminé à ne pas répondre aux attentes sociales, il reflète la société française et ses contradictions et a largement évolué dans ce qu’il porte depuis le mois de novembre.

La séquence que nous vivons est par conséquent confuse. Si des éléments d’extrême-droite sont encore présents, le mouvement montre bien qu’ils sont loin d’être hégémoniques et capables d’en prendre le contrôle, en l’état actuel. Politiquement, mais aussi physiquement, les groupes d’extrême-droite sont mis à l’écart, comme cela a pu être constaté à Lyon, Paris, Toulouse ou encore Bordeaux. Plus le mouvement perdure, plus l’espace auquel l’extrême-droite pouvait prétendre durant les premières semaines semble se rétrécir. Parallèlement, les contacts et convergences avec des syndicats, des collectifs antiracistes, de sans-papiers, de soutien aux migrants se renforcent.

Les tags antisémites du week-end du 9 Février comme la dégradation du lieu de mémoire d’Ilan Halimi s’inscrivent dans le contexte de cette période de brouillage politique et informatif. Une période qui favorise la résurgence d’un racisme identitaire rappelant celui de l’entre-deux guerres. Ces actes antisémites portent bien la signature idéologique de l’extrême-droite nostalgique du nazisme (croix gammés, croix celtiques, « juden » etc.). Ils témoignent de la progression de la dialectique d’extrême droite à l’échelle nationale et planétaire dans un contexte d’aggravation des inégalités sociales. Or le gouvernement et ses alliés ont choisi d’instrumentaliser ces actes contre les Gilets jaunes, dénonçant leur supposée violence, antiparlementarisme et antisémitisme.

Pourtant, c’est bien ce gouvernement qui, récemment, entreprenait de réhabiliter le Maréchal Pétain, chef du régime collaborationniste de Vichy. C’est bien cette même classe politique qui trouvait si peu à redire des hommages rendus à Maurras ou à Céline, écrivains violemment antisémites. L’antisémitisme est une affaire bien trop grave pour la laisser à celles et ceux qui, jour après jour, s’emploient à stigmatiser et à réprimer les minorités. Le sommet du cynisme est atteint lorsque, déjà, nous pouvons percevoir le glissement dangereux consistant à attribuer la montée de l’antisémitisme au « communautarisme musulman », comme n’a pas manqué de s’y adonner un Eric Ciotti hélas pas isolé. Le racisme structurel n’est ni le fait des Gilets jaunes, ni le fait des minorités. Il est celui de l’État qui organise une société inégalitaire et violente. 

Nous n’acceptons pas la manipulation dégradante de la lutte antiraciste par tous ceux qui, le plus souvent, ont favorisé le racisme. Nous luttons contre le racisme sous toutes ses formes, nous n’oublions pas non plus tous les actes racistes et toutes les violences policières islamophobes, négrophobes, rromophobes, visant les asiatiques, les personnes LGBT. Ce que disent les chiffres depuis des années tient en une phrase : le racisme avance en France et en Europe. Nous ne manifesterons pas ni ne participerons à la grand-messe organisée par les forces et partis politiques, ceux qui se disent progressistes avec ceux qui s’inscrivent contre le mouvement social, et qui affirment ensemble : « le racisme, ce n’est pas la France. » Cet « antiracisme », vidé de sens social et politique, est celui des pompiers pyromanes. L’antiracisme que nous revendiquons reconnaît la responsabilité politique du gouvernement français et des forces politiques alliées qui défileront avec lui. Manifester contre le racisme avec ceux qui, LREM en tête, en sont responsables et l’instrumentalisent relève pour nous de la contradiction et de la faute politique. Nous affirmons que cela ne peut être que contre-productif.

Nous ne nous laisserons pas prendre en otage entre les instrumentalisations du gouvernement ou celles des officines et ambassades poursuivant un agenda n’ayant rien à voir avec le combat contre le racisme et l’antisémitisme. Notre refus de la haine antisémite comme de toutes les haines raciales nous l’exprimerons sur un terrain dégagé de tout ce qui produit et entretient ces haines. Le mouvement anti-raciste ne servira pas de caution pour salir les Gilets jaunes. La période est dangereuse nous en sommes conscients, et une sortie de crise qui se contenterait de rétablir l’ordre, serait porteuse de conversion à la haine raciale et au fascisme. Les mobilisations exigent des réponses sociales et démocratiques. La responsabilité gouvernementale est totalement engagée.

Nous appelons à manifester contre les actes antisémites, contre leur instrumentalisation, contre le racisme sous toutes ses formes :

Mardi 19 février à 19h
Place Ménilmontant Paris 75020
(M° Ménilmontant)

Liste mise à jour le 18-02 10h

Premiers signataires : UJFP, PIR, Collectif Rosa Parks, ATMF, FTCR, Femmes plurielles, Fondation Frantz Fanon, AFPS 63, Action Antifasciste Paris-Banlieue, FUIQP, Argenteuil Solidarité Palestine, Comité Adama, CEDETIM/IPAM, AFD International, Urgence Notre Police Assassine, AFPS Paris Sud, Le Temps des Lilas, Réseau Euro-Maghrébin Citoyenneté et Culture-REMCC

Personnalités : Ivar Ekeland (mathématicien), Ahmed Abbes (mathématicien), Sonia Dayan-Herzbrun (sociologue), Stathis Kouvelakis (philosophe), Julien Thery (historien), Maryse Tripier (sociologue), Véronique Bontemps (anthropologue), Gustave Massiah (économiste), Catherine Samary (économiste), Judith Bernard (metteure en scène), Dominique Grange (artiste chanteuse), Alain Gresh (journaliste), François Gèze (éditeur), Barbara Glowczewsky (anthropologue), Geneviève Sellier (professeur emerite), Patrick Simon (démographe), Nicolas Frize (compositeur), Yves Chilliard (biologiste), Michel Harris (mathématicien), Taoufiq Tahani (mathématicien, président d’honneur de l’AFPS), Ugo Palheta (sociologue et membre du NPA), Laurent Lévy (essayiste), Saïd Bouamama (sociologue), Kader Attia (écrivain), Isabelle Cambourakis (éditrice), Alima Boumediene Thiery (avocate), Dominique Vidal (historien et journaliste), Olivier Le Cour Grandmaison (universitaire), Didier Epsztajn (animateur du blog « entre les lignes entre les mots »), Patrick Silberstein (mèdecin et éditeur), Alain Cyroulnik (éducateur syndicaliste), Philippe Cyroulnik (critique d’art), Bernard Dreano (militant associatif), Thierry Labica (études britanniques), Marie Hélène Bacqué (sociologue), Rony Brauman (médecin et enseignant), Hubert Krivine (physicien), Ron Naiweld (historien), Daniel Mermet (journaliste), Irène Jami (professeure d’histoire), Alain Bertho (anthropologue), Armelle Andro (démographe), Michel Maric (économiste), Julien Talpin (sociologue), Toni Negri (philosophe), Nacira Guénif (sociologue), Alexis Cukier (philosophe), Michelle Guerci (journaliste), Fabien Marcot (graphiste), Michaël Löwy (sociologue), Eric Hazan (éditeur), Eyal Sivan (cinéaste professeur), Christine Delphy (sociologue et militante féministe), José Luis Moragues (psychologue), Simone Bitton (cinéaste), Louis Weber (éditeur), Isabelle Garo (philosophe), Olivier Besancenot (porte-parole du NPA), Christine Poupin (porte-parole du NPA), Philippe Poutou (porte-parole du NPA), Anne Jollet (historienne), François Burgat (politologue), Noé le Blanc (professeur lycée Paul Eluard St Denis), Eleni Varikas (professeur émérite), Noureddine Senoussi (président REMCC), Pierre Tripier (sociologue), Farid Bennaï (éducateur spécialisé, FUIQP), Christian Delarue (altermondialiste)

NB : ll est important si vous soutenez ce rassemblement ou avez l’intention d’y participer, de le signaler sur l’évènement facebook

Appel présent sur : 
 Démosphère : https://paris.demosphere.net/rv/67842 
 Médiapart : https://blogs.mediapart.fr/les-invites-de-mediapart/blog/170219/contre-les-actes-antisemites-contre-leur-instrumentalisation-pour-le-combat-contre-tou

 

Commentaire(s)

> ?!

Complément : certains collectifs ou individu-e-s ont eu des propos antisémites et appellent à cela ...

Hypocrisie ? !

> Plusieurs questions sincéres

Je sais bien que plus rien n’est en mesure de choquer personne aujourd’hui. Au-delà de la question posée plus haut, l'intitulé de la manif est hallucinant. Le problème serait-il "les actes antisémites et leur instrumentalisation" ou bien l'antisémitisme ? La réponse semble claire dans ce texte.

On apprend que le racisme est un produit de LREM (fondé en 2016…) et que les actes antisémites sont instrumentalisés par « des ambassades et officines », un mot qui en dit long sur les fantasmes conspirationnistes et antisémites, parce qu’il est clair qu’on ne parle pas ici de l’ambassade russe ou syrienne…
Ensuite, il est dit que "Les tags antisémites du week-end du 9 Février comme la dégradation du lieu de mémoire d’Ilan Halimi s’inscrivent dans le contexte de cette période de brouillage politique et informatif. " Que faut-il comprendre à part que la revendication principale de ces braves gens est bien la déspécification du caractère antisémite de ces actes ? Mais pour quoi faire ? On pourrait penser qu'il s'agit là d'un refus de séparation des racismes, qui sont tous en effet une même gangrène (c’est d’ailleurs à ce titre que l’on pourrait critiquer le terme « antisémitisme », comme on pourrait critiquer « négrophobie », « islamophobie », « rromophobie » etc.), mais à vrai dire, alors que l'on cherche à invalider le caractère "antisémite" d'un tag, on nous parle de négrophobie, islamophobie, rromophobie, elles, bien réelles et dont les instrumentalisations eventuelles ne sont jamais questionnées... En tout ici (qu'en est-il au passage des ouvriers d’Europe de l'est, des immigrés hindous, sri lankais, bengladais, etc etc.). Le but est donc clair. Il s’agit de nous expliquer que l’antisémitisme, en fait, on n’en a rien à foutre, qu'on manifeste pour le crier haut et fort et que c'est cela qui fait de nous des subversifs... Non mais sérieux on se réveille !?

L’ennemi, ce serait donc le CRIF et autres « officines » qui dirigent le monde. Exit le capital, l'Etat et les rapports de domination.
Les anciens se rappelleront du militant Pierre Guillaume et de ses amis, dans les années 80, ceux qui ne connaissent pas trouveront rapidement des informations en tapant son nom dans google (et qui voudra aller plus loin pourra aussi taper « Serge Thion », « La Banquise » ou « Le Brise-Glace » pour en savoir un peu plus sur une mouvance que l’on croyait encore il y a peu, éteinte. Mais que l’on retrouve aujourd’hui à nouveau décomplexée par des appels de manifs pareils, qui auraient été impossible il y a dix ans, grâce une vigilance antifasciste réelle qui n’a plus lieu (mais où sont passé REFLEX, La Horde et les autres ???).

On fait beaucoup d’efforts pour affirmer également que l'antisémitisme en France ne serait que le fait d'une vieille extrême-droite de type vieille France... Mais rappelons-nous, parmi les signataires, par exemple le PIR (et d'autres) pour qui l'enjeu principal de l'antiracisme aujourd'hui (dans le livre de son leader Houria Bouteldja édité à la fabrique) est de combattre, avec la négrophobie, l'islamophobie ou la rromophobie, non pas l'antisémitisme, mais le "philosémitisme d’Etat", c'est de dézinguer les "chouchous de la république", c'est le nom qu'elle donne aux juifs dans son livre "Les blancs, les juifs, et nous".

Concrètement il y a une manifestation de la bourgeoisie contre l'antisémitisme. Les pseudos "antifas" de l'AFA n'ont ils pas mieux à faire que d'organiser une CONTRE-MANIFESTATION contre la récupération des actes antisémites à des fins anti-anti-sémites, et d’organiser en fin de compte une manif contre le "philo-sémitisme d’Etat" ?
On savait l’AFA complétement perdue politiquement, à organiser des meetings avec Bouamama à coup de hashtag « make anti-imperialism great again », à manifester avec des pancartes « touche pas à mon prophète » après les attentats, à lutter contre le « racisme structurel » des anarchistes avec leurs grosses couilles de machos, d’ailleurs tous exclusivement blancs des quartiers huppés de la capitale, et à régler leurs différends politiques par le tabassage et l'intimidation.

Contre l’Etat et ses manifs de récupération du refus du racisme et de l’antisémitisme
Mais aussi contre les racistes qui contre-manifestent pour l’antisémitisme sous pavillon pseudo antifasciste

Voila, merci aux modérateurs de ne pas me censurer, j’essaye d’argumenter rationnellement malgré ma colère (je hais le racisme au fin fond des mes entrailles et pas seulement parce qu’il a lézardé ma vie).

> stop au campisme

C'est navrant de constituer des camps comme ça, comme si toute critique de l'antisémitisme était du côté des réacs-fachos comme finkielkraut. Savez-vous que il y a peu, il était encore concevable d'être contre l'antisémitisme et révolutionnaire, donc pas du tout d'accord avec Finkielkraut, justement ? C'est fou d'utiliser "facho" ou "raciste" pour qualifier ceux avec lesquels on n'est pas d'accord, en sachant très bien qu'ils ne sont ni fachos, ni racistes...
Allez, bonne manif contre le philosémitisme d'état !

> une question

Mais pourquoi cette fois-ci la signature de Tariq Ramadan n'apparaît-elle pas, alors qu'elle ornait systémiquement avec fierté les textes de cette clique jusqu'à il y a peu ?

> insulte(S) et autres joyeusetés

"Traîtresse",

"Enlève ton gilet sale juive !"

et des injures sexistes ont fusé dimanche à son passage sur le Champ-de-Mars.

- Ingrid Levavasseur (@IngridLevavass1) insultée puis exfiltrée de l’#Acte14 des #GiletsJaunes dimanche, Certains propos sont choquants dont « sale juive ». pic.twitter.com/XqNdXH7Z2T

> plus

un point de vue que résume mal son titre : https://www.slate.fr/story/171594/gilets-jaunes-antisemitisme-pretexte-pouvoir-vigilants

> Suppression de commentaires

De nombreux commentaires ont été supprimé.

Je sais bien que certains sujets déchaînent les passions et que beaucoup de gens d'un côté comme de l'autre ont de très bonnes raisons d'être vénères. Mais ça fait rien avancer de s'engueuler sur indy.

A la limite, prenez le temps d'écrire un article de fond qui explique en détail vos analyses. Mais même comme ça, y aura forcément des pourritures qui seront pas d'accord avec vous. Faites avec.