Dans le Saumurois, Le conseil départemental continue ses tentatives de casse de l’éducation

Mis a jour : le mercredi 21 novembre 2018 à 16:58

Mot-clefs: Education Resistances contrôle social luttes salariales / quartiers populaires lutte étudiant-e-s lycéen-ne-s mouvement
Lieux: saumur

Dans le Saumurois, parents, élèves, anciens élèves, enseignants et habitant.e.s refusent la fermeture du collège Yolande d'Anjou décidée par le Conseil départemental de Maine-et-Loire.

Les syndicats sont mobilisés depuis plusieurs semaines (CGT, FO, FSU, UNSA, CFDT, SUD, UNL et UNEF) et le soutien de plusieurs partis politiques a été rendu public (PCF, JC, FI, NPA, AL...).

Les syndicats CNT du Maine-et-Loire se joignent à cette mobilisation.

 

Cnt2-medium
CNT FTE

Il y a quelques années, le conseil départemental a confié à un cabinet d'audit privé le soin d'analyser la situation des collèges du département du Maine et Loire afin de faire des économies. Le cabinet considère dans ses analyses que plusieurs collèges devaient être fermés. Le conseil départemental, l'un des plus endettés de France (435 millions d'€ en 2017), s'est donc empressé d'essayer d'appliquer cette saignée sans jamais prendre en compte l'intérêt des territoires et surtout des enfants.

Une première tentative a eu lieu d'abord à Angers en 2016-2017. Il fallait fermer le collège de Jean Vilar (REP+) et fusionner une école primaire de Monplaisir avec le collège Jean Lurçat (REP+). Cette tentative a échoué en partie grâce à la mobilisation de nombreux acteurs dont les personnels des différents établissements scolaires. La situation des collèges restent en l'état mais la mairie d'Angers a du sérieusement mettre la main au pot pour en arriver là, le conseil départemental a obtenu de copieuses compensations.

Deuxième tentative, toujours en 2017 mais cette fois ci à Cholet. Une fois de plus c'est un échec partiel. Et comme jamais deux sans trois, le conseil départemental recommence cette fois ci à Saumur où il envisage de faire fermer le collège Yolande d'Anjou et de fusionner le collège Pierre-Mendès France avec l'école Charles Perrault. Un collectif s'est mis en place, il regroupe des personnels, des parents, des associations et des syndicats. Les syndicats de la CNT 49 soutiennent ce collectif dans cette lutte pour l'accès à tous à l'éducation dans les conditions nécessaires à l'épanouissement et l'émancipation de chaque enfant quelques soit son milieu social.

La CNT 49 exige le retrait de ce projet par le conseil départemental et se tient auprès du collectif afin de les aider au mieux dans cette lutte.

Pour une école émancipatrice et démocratique

Email Email de contact: stp-cist49_AT_cnt-f.org