Argentine : encore des arrestations

Mot-clefs: Archives
Lieux:

Une offensive politico-judiciaire est engagée contre le mouvement piquetero argentin et contre tous ceux qui n'abandonnent pas la lutte sociale.
Deux autres piqueteros ont été arrêtés, cette fois à Quilmes (grand Buenos Aires), accusés d' "extorsion" pour avoir participé à un blocage d'une usine frigorifique à laquelle ils demandaient de la viande. Les détenus appartiennent au Mouvement Indépendant de Retraités et de Chômeurs (MIJD) que conduit Raul Castells. Avec ces nouvelles arrestations, il y a 35 manifestants sociaux en prison pour avoir participé à des protestations.

Il y a de plus une troisième personne avec un ordre de capture, recherchée par la poice. Une dirigeante du MIJD a dit que les prisonniers ont été arrêtés à leurs domiciles à sept heure du matin.

Le blocage du frigorifique a eu lieu en juillet 2003. L'information judiciaire ouverte n'avait durant un an eu aucune conséquence pour les piqueteros.

La nouvelle a été connue alors que le MIJD manifestaient à Buenos Aires pour exiger la libération de Raul Castells, en prison depuis un mois, accusé de l'occupation d'un casino. Hier il y eut aussi des précisions sur cette inculpation : les six chômeurs de la province du Chaco qui sont inculpés au même titre que Castells devront comparaître.

Les 35 arrestations se sont produites durant les 40 derniers jours. 7 d'entre elles ont eu lieu lors des incidents face au ministère de l'Economie contre la présence du FMI. 15 autres manifestants sont emprisonnés pour les troubles de la mairie de Buenos Aires, lors de la protestation contre le nouveau code pénal municipal. A Caleta Olivia (province du sud de l'Argentine), 6 chômeurs sont en prison après l'occupation d'installations pétrolières en demande de travail. S'ajoutent à la liste Raul Castells et des militants du Mouvement Territorial de Libération et de Unité Populaire.