[G20] Perquisition dans un appartement d'un projet d'habitat collectif à Freiburg-im-Breisgau (Allemagne)

Mis a jour : le jeudi 26 octobre 2017 à 01:19

Mot-clefs: Contre-sommets Répression
Lieux: allemagne freiburg

Le 25 octobre aux aurores a eu lieu à Freiburg-im-Breisgau une nouvelle perquisition dans un projet d'habitat collectif (Mietshäuser-Syndikatsprojekt ). Le motif: „ Apologie d'un fait délictuel" en lien avec le G20.

Le 25 octobre aux aurores a eu lieu à Freiburg-im-Breisgau une nouvelle perquisition dans un projet d'habitat collectif (Mietshäuser-Syndikatsprojekt ). Le motif: „ Apologie d'un fait délictuel" en lienb avec le G20. La police criminelle a saisi des vêtements. Les policiers sont d'abord entrés de facon musclée dans l'appartement et ont plaqué violemment au sol puis menoté la personne visée par la perquisition ainsi qu'une tierce personne. Ils ont seulement montré le mandat de perquisition ensuite. Cette intervention semblerait s'inscrire dans le cadre d'une enquête sur le travail médiatique réalisé lors des manifestations du G20 à Hamburg.

De nombreux.ses voisin.e.s et résident.e.s du projet qui voulaient assister à la scène ont été écarté.es et pour certain.e.s repoussé.e.s violemment par les policiers arrivés dans trois fourgons supplémentaires. Une prétendue „membre de l'administration", la silencieuse „Lea Person" a été désignée comme „témoin neutre" de la descente de police.

La police a commencé à chercher l'appartement vers 7h00 et est parvenue à sonner et frapper à la porte du prévenu vers 7h15. Les très excités officiers de police, Simon et Schorpp (qui pouvaient à peine cesser de crier) ont refusé, une fois que la personne a ouvert la porte, de présenter le mandat de persquisition et ont tenté de rentrer directement dans l'appartement. L'habitant et un ami ont alors essayé de les freiner en demandant avec les mains en l'air „Je veux voir l'ordre de perquisition". Simon et Schorpp en sont immédiatement venus aux mains et ont mis à terre les deux militants de gauche. Ils leur ont passé les menottes et les ont entrainés dans l'appartement. Au bout d'une heure, après la fin de la perquisition, les deux personnes ont été emmenées au commissariat de Revier Süd pour l'enregistrement de leurs données signalétiques. Elles ont été libérées vers 11h30 et ont porté plainte contre les policiers pour coups et blessures et violation de domicile.

Une manifestation antirépression aura lieu le jeudi 26 octobre a 18h00 au Bertoldsbrunnen (Freiburg centre).