"Defend Europe" - Encore un navire de sauvetage qui se retire : une victoire pour le C-Star ?

Mis a jour : le lundi 14 août 2017 à 02:40

Mot-clefs: Racisme / -ismes en tout genres (anarch-fémin…) antifascisme immigration sans-papieres frontieres
Lieux: mediteranée

Nouveau retournement de situation en Méditerranée.

LE NAVIRE SEA EYE INTERROMPT À SON TOUR SES MISSIONS DE SAUVETAGE : UNE VICTOIRE POUR LE C-STAR ?

Le communiqué officiel vient de tomber comme la foudre sur le site de Sea-Eye(1) : c’est fini pour l’instant ! Le bateau de sauvetage allemand ne retournera plus au large de la Libye sauver des vies.

Depuis Avril 2016, le Sea-Eye avait sauvé plus de 12 000 personnes de la noyade.

Cstar-defend-europe-sea-eye-sarraj-haftar-medium
Photo : action de sauvetage d’un enfant migrant sur le Sea-Eye.

 

Le Sea-Eye avait également défrayé la chronique avant-hier en étant missionné par les autorités maritimes pour aller secourir l’embarcation fasciste C-Star en panne, provoquant un éclat de rire général(2). Un peu plus tard, le C-Star avait finalement refusé cette aide et avait réussi à repartir (très difficilement) échappant ainsi à la qualification de « bateau non commandé ».

L’organisation Sea-Eye explique avoir pris cette « décision à contrecoeur en raison de la situation d’insécurité croissante en Méditerranée occidentale, depuis que le gouvernement libyen a annoncé une extension indéfinie et unilatérale de ses eaux territoriales, associée à une menace explicite à l’égard des ONG. »

Le fondateur de Sea-Eye, Michael Buschheuer, précise : « La poursuite de notre travail de sauvetage n’est actuellement plus possible dans ces circonstances. Pour des raisons de sécurité, nous ne pouvons plus envoyer nos équipes là-bas… C’est un vide mortel que nous laissons en Méditerranée. »

Ces derniers jours, d’autres ONG ont quitté la zone de recherche et de sauvetage :
– soit volontairement, comme Médecins Sans Frontières et son navire Le Prudence (pour des raisons analogues) ;
– soit sous la pression, comme l’organisation Jugend Rettet (“La jeunesse sauvé”) et son navire Le Luventa qui a été arrêté et saisi le 2 août par les autorités italiennes et dont les responsables sont accusés de « favoriser l’immigration clandestine ».

Selon nos informations, d’autres navires de sauvetage vont bientôt annoncer leurs décisions de quitter la zone, ce qui va la laisser uniquement à des bateaux dangereux autour des migrants vulnérables qui fuit la guerre, la misère et la répression :
– navires des milices pro-gouvernementales libyennes ;
– bateau fasciste C-Star ;
– rafiots des contrebandiers ;
– bandits armés qui cherchent à capturer et rançonner tout ce qui passe à leur portée.

Evidemment, les hipster-fascistes de Defend Europe ne vont pas manquer de fanfaronner que ce départ progressif des navires de sauvetage et le résultat de leur expédition. Mais c’est faux.

Pourquoi ?

Parce que le bateau des nazillons n’est qu’un pion dans le sud-ouest de la Méditerranée où s’affrontent des intérêts très puissants qui les dépassent complètement.

D’un côté l’Union européenne, à l’initiative de l’Italie et de la France, a prévu de durcir encore plus son dispositif d’Europe forteresse. Les fascistes qui n’ont absolument rien compris (ou feignent de ne rien comprendre) prétendent le contraire, et vont jusqu’à évoquer la théorie complotiste du « grand remplacement », alors que la politique européenne, au contraire, n’a jamais été aussi sévère envers les migrants.

De l’autre côté, les deux chefs militaires libyens (qui se sont affrontés ces dernières années mais commence à se réconcilier) essaient tous deux d’utiliser la même méthode juteuse qu’avait employée le sinistre Erdogan durant l’hiver 2015-2016. Une méthode qui avait conduit, en mars 2016, à l’accord Union européenne-Turquie, avec les conséquences dramatiques qu’on connait depuis pour les migrants bloqués dans des camps inhumains en Grèce et en Turquie.

Plus précisément, à l’ouest de la Libye (notamment entre Zouara et Tripoli), le chef du gouvernement d’entente nationale, Fayez Al-Sarraj a récemment autorisé une opération des navires militaires italiens qui patrouillent de plus en plus près des côtes libyennes. Pendant ce temps, à l’Est, le maréchal Aftar redouble de menaces contre tous les bateaux qui s’approchent, quels qu’ils soient : militaires ou ONG, peu importe.

En fait, par ce petit jeu, les dirigeants libyens, qui se sont rencontrés à plusieurs reprises en juillet (notamment le 25 à Paris) et entament actuellement un rapprochement (cessez le feu et élections prévues), veulent obtenir une somme colossale de l’Union européenne en contrepartie d’une gigantesque opération de blocage des migrations. Khalifa Haftar évoque la somme de 20 milliards de dollars sur 20 ans, notamment pour construire une frontière étanche au sud de la Libye, sur plus 4000 kilomètres. Macron lui aurait demandé la liste complète de ses besoins et on connait déjà plus ou moins la réponse : « des formations pour les garde-frontières, des munitions, des armes, des véhicules blindés, des jeeps pour le sable, des drones, des détecteurs, des lunettes de vision nocturnes, des hélicoptères »… et beaucoup d’argent !

D’ailleurs, le maréchal Haftar n’a pas manqué de faire aussitôt la comparaison avec son homologue Erdogan à Ankara : « la Turquie prend six milliards [à l’Union européenne] pour contrôler un nombre infiniment inférieur de réfugiés syriens et quelques Irakiens. Nous, en Libye, nous devons contenir des flux gigantesques de personnes arrivant de toute l’Afrique ».

28 ans après la chute du mur de Berlin puis du rideau de fer, de nouveaux murs s’élèvent un peu partout à la surface du globe. Des murs contre les plus pauvres. Le blocage et la maltraitance des migrants devient un business aux frontières d’une Europe glacée de peur et d’égoïsme.

C’est contre tout cela que nous nous battons, dans la vallée de la Roya(3) ou dans nos convois solidaires en Grèce(4) : malgré la pression d’un pouvoir qui réprime de plus en plus les différentes formes de solidarité, de la saisie d’un navire de sauvetage à la condamnation de notre camarade Cédric Herrou, nous continuerons en trouvant sans cesse d’autres moyens d’aider et de résister.

Yannis Youlountas et d’autres camarades antifascistes du pourtour méditerranéen en lutte contre le C-Star et toutes les formes de menaces envers les migrants

(1) http://sea-eye.org/sea-eye-unterbricht-rettungseinsaetze/ 
(2) http://blogyy.net/2017/08/11/fabuleux-un-navire-daide-aux-migrants-envoye-au-secours-des-nazillons-en-panne/
(3) http://www.roya-citoyenne.fr/
(4) http://blogyy.net/2017/07/21/bilan-du-convoi-solidaire-en-grece-de-mars-avril-2017-plus-de-100-000-euros-apportes/
et http://blogyy.net/2017/07/21/convoi-solidaire-en-grece-de-mars-avril-2017-quelques-photos-qui-en-disent-long/

Link_go source sur le blog YY
suivi par Yannis Youlountas et d’autres camarades antifascistes du pourtour méditerranéen en lutte contre le C-Star et toutes les formes de menaces envers les migrants