Nantes: Solidarité avec les jeunes exilé-e-s à la rue

Mis a jour : le jeudi 4 août 2016 à 14:58

Mot-clefs: / squat logement immigration sans-papieres frontieres
Lieux:

Les mises à la rue des jeunes mineurs isolés étrangers deviennent quasi quotidiennes pendant la période estivale.
Nous avons URGEMMENT besoin de soutien financier !

Ainsi que de personnes motivées pour organiser des concerts de soutien, collecte, campagnes, etc...

MERCI ! A partager un maximum!

Solidarite-avec-les-jeunes-exile-e-s-a-la-rue-nantes-medium

Soutien aux jeunes déboutés du droit à la protection de l'enfance

Toutes les semaines, des Conseils Départementaux, chargés par l'Etat de la protection de l'enfance, contestent les papiers d'identité présentés par des adolescents et leur minorité sur la base d'une évaluation sociale et d'examens médicaux (radiographies).

Cette pratique est contestée par l'Académie de Médecine, le Défenseur des Droits et toutes les personnes qui estiment que l'accès à l'aide sociale ne se mesure pas à la taille des os. Une fois leur âge contesté, ces adolescents se retrouvent à la rue sans aucune ressource, car "ni majeur ni mineur."
Ils ne peuvent donc pas accèder à un logement, aux bourses scolaires, aux cartes de transport, à un compte bancaire ou encore à des soins médicaux.

Nous, collectif d'associations, d'individus et d'adolescents isolés, avons décidé de nous organiser pour que ces jeunes puissent avoir des lieux pour vivre avant de trouver leur complète autonomie.
Un de ces lieux, l'un des nombreux logements vides de la ville de Nantes, s'appelle La Maison d'Elin, qui signifie en espagnol "oasis" , un endroit dans le désert pour se reposer et manger temporairement.

Aujourd'hui, les squats sont remplis et des jeunes se retrouvent à dormir dans les rues de Nantes. Parce que les laisser à la rue est un risque, le risque des trafics humains de plus en plus inquiétants, le risque de la marginalisation, le risque de ne plus pouvoir se réadapter, de se décourager, de perdre des repères si fragiles, de perdre l’envie, l’espoir, de se perdre, à 15 ans, 16 ans, 17 ans….

Nous avons besoin de votre soutien afin d'améliorer leurs conditions de vies, en attendant que la France se réveille !

Ici, vous pouvez faire un don !

Votre don contribuera au financement de notre vie quotidienne :
 
- Démarches administratives (en moyenne 285 euros par jeune)
- Alimentation (140 repas par jour)
- Produits d'hygiène
- Vêtements adaptés
- Tickets de transport
- Loisirs et sorties culturelles
- Et toutes autres dépenses de la vie quotidienne !

Si vous souhaitez avoir plus d'informations sur les actions du collectif, ou si vous préférez faire un don par virement bancaire, vous pouvez nous contacter à : collectif.mie44(at)gmail.com
Ou sur Facebook : https://www.facebook.com/migrants44/

Un grand merci !

Link_go https://www.colleo.fr/cagnotte/4483/solidarite-avec-les-jeunes-exile-e-s-a-la-rue-nantes

Email Email de contact: collectif.mie44_AT_gmail.com

Commentaire(s)

> validation

Heu je valide, mais la ptite phrase "en attendant que la France se réveille" a eu du mal à passer... Elle est tout à fait éveiller, et c'est bien pour ça que les mineurs galèrent.