Mayotte: face aux expulsions et aux exactions racistes, qu'elles soient de l'Etat ou pas !

Mis a jour : le lundi 13 juin 2016 à 17:41

Mot-clefs: Immigration/sans-papierEs/frontieres Racisme Répression actions directes
Lieux: mayotte

Chaque week-end depuis des semaines, des villageois mahorais se forment en milices et s’attaquent aux maigres moyens de survie de sans-papiers (dont la plupart viennent des Comores) en saccageant leurs baraques de fortune situées à la périphérie des villes et villages.

Ces citoyens-miliciens, “excédés par la délinquance et l’immigration de masse” qui remettent à leur sauce le slogan des racistes de la métropole (“Mayotte aux Mahorais”) reçoivent la bénédiction des flics (puisqu’ils font le boulot à leur place) et ont le soutien des maires de l’île (de tous bords confondus). Évidemment, l’État préfère voir des pauvres s’en prendre à d’autres encore plus pauvres, plutôt que de voir l’économie paralysée par une grève générale, des blocages et des sabotages, comme cela a pu émerger il y a quelques semaines. Cependant, les expulsions et pogroms anti-immigrés (que les protagonistes citoyens qualifient de “décasages”) sont pourtant qualifiées de “sauvages” par l’Etat, puisque pour une fois ces exactions ne sont pas réalisées par ses chiens de garde. Cela reste pour l’État une question de principe, qui tient à marquer une séparation entre action légale  (la sienne) et action illégale (toute autre, qu’elle soit subversive ou, comme en ce cas, réactionnaire, ou autre) et que “force doit rester à la loi”. Mais, dans la pratique, État et milices citoyennes marchent main dans la main.

Ce qui se passe à Mayotte pourrait-il servir de piqûre de rappel à certaines franges de l’extrême gauche ? Ceux et celles qui, du haut de leur postes, le plus souvent dans des facs, réduisent tous les “racisés” au rôle de victimes innocentes et impuissantes. Qui réduisent ainsi des interactions sociales complexes (dont le racisme est une composante, mais seulement une) au binarisme manichéen occident-blanc-colonisateur-méchant vs. reste-du-monde-colonies-racisées-gentils. Cela en niant au passage toute issue révolutionnaire, parce que chaque individu serait figé dans des cases fixes qui empêchent de se libérer et de rencontrer des complices à partir non de quelques racines rances, mais d’une volonté de révolte partagée (on pourra lire ici une bonne réponse à l’énième tentative de racket racialiste et justicialiste sur le luttes en cours).

Voilà un petit aperçu de  ce qui se passe là-bas, où le racisme porté par des “racisés” envers d’autres pauvres (et cautionné par les institutions) assèche les vents de révolte qui soufflaient si fort il y a encore quelques semaines.

Cependant, il y a aussi quelques bonnes nouvelles : des exemples de riposte en actes au racisme, d’où qu’il vienne, sans faire appel à la justice ou à un quelconque secteur de l’État. Dernièrement, des locaux de politicards du coin ont été attaqués en représailles. Une fête populaire à la con (“la course des pneus”) a aussi été gâchée par quelques enragés. Ce sont ces quelques actes de révolte que nous tenons à relayer :

 

Lire la suite de l'article

Commentaire(s)

> PAS DE GUERRE ENTRE LES PEUPLES, PAS DE PAIX ENTRE LES CLASSES

Apres les islamophobes de non fides et de vosstanie et de leurs petit copain trotskiste Yves Coleman, apres les marxo-raciste de "tiens ca glisse", voila la petite soeur de droite de "Breve du desordre" (qu'on etait tous content d'avoir laissé dans l'oubli le plus totale)
Attaque ! Ou comment a force de lire que le figaro et l'afp on fini par deblateré des calomnies sur la revolte du peuple mahorais sous pretexte d'"anti-racialisme".
Attaque dans la vraie vie au lieu de donner des ordres sur ton blog.

ya assez de spam comme ca.

> Joue-la pas comme Mayotte

Bravo à Attaque pour ce petit bout de texte sur Mayotte, qui insiste sur les contradictions du mouvement dans une perspective de dépassement. Que ça insupporte quelques insupportables "libertaires" friands de démagogie et de la démarche contraire (à savoir surtout ne pas évoquer le moindre aspect problématique des luttes), tant mieux.

> commentaire caché

Commentaire caché : copié/collé d'un article entier, qui n'a rien a voir avec le texte en question. Faudrai se calmer sur vos touches controle, C et V!