Rencontres de film documentaire St Jean du Gard 01:02:03 Avril 2016

Mis a jour : le mardi 8 mars 2016 à 22:27

Mot-clefs: Logement/squat Art/culture Immigration/sans-papierEs/frontieres Resistances contrôle social / prisons centres de rétention
Lieux: du gard jean st

Rencontres documentaires "Luttes et résistances" sur le thème : MURS ET ESPACES NOUVEAUX

vendredi 1 , samedi 2 et dimanche 3 avril 2016

salle Robert-Louis Stevenson, Saint Jean du Gard (30270)

Murs. Remparts. Fortifications. Forteresses. Murailles de pierres. Murailles de béton, de grilles, de barbelés, de haine. Existe-t-il un monde sans barrières quand chacun marque d’abord son territoire ? Et n’a-t-on pas besoin de bras qui nous entourent ?

Corps corsetés. Clôtures privées. Espaces réservés. Prisons. Camps de rétention. Enfermement. Camisoles chimiques. Territoires confisqués. Terres expropriées. Pays occupés. Aucune digue n’empêchera l’eau de couler. Aucun filet ne retiendra le vent de souffler. Aucune chaîne n’interdira à l’esprit de s’évader.

Dans les brèches et les fissures se glissent des espaces nouveaux. De solidarité. D’entraide. De communauté.

Affiche_a-m-medium
affiche

Vendredi 1er avril Ouverture des Rencontres avec Raymond Depardon et Claudine Nougaret

21h : « San Clemente » 98 minutes, 1980 Raymond Depardon et Sophie Ristelhueber San Clemente, un hôpital psychiatrique situé dans une île au large de la place Saint –Marc. Les malades y mènent une vie libre. En 1980 il est menacé de fermeture. Le film est une immersion bouleversante et inoubliable dans l’univers psychiatrique. Débat avec Raymond DEPARDON, réalisateur

Samedi 2 avril 14h : « Sur les toits » 95 minutes, 2014 Nicolas Drolc Que s’est il passé dans les prisons françaises entre septembre 1971 et la fin de l’année 1972 ? Pour la première fois les prisonniers déclenchent des révoltes collectives, prennent le contrôle de leurs prisons, occupent les toits et communiquent leurs revendications en s’adressant à la foule. 40 ans plus tard ce film dépoussière cette page méconnue de l’histoire des luttes sociales Débat avec Nicolas Drolc, réalisateur

16h « Palestine, la case prison » 58 minutes, 2014 Franck Salomé Juin 2014. Nous sommes en Cisjordanie. Dans ce petit territoire sans Etat, les Palestiniens tentent de faire leur vie, malgré une situation qui les emprisonne au sens figuré comme au sens propre. Au nom de la sécurité de leur puissant voisin, ils subissent un gigantesque système : La prison. Débat organisé par l’Association France Palestine Solidarité

17h30 « Les sentiers de l’utopie » 109 minutes, 2011 Isabelle Fremeaux et John Jordan Pendant près d’un an, Isabelle Fremeaux et John Jordan sont partis sur les routes européennes, de la Serbie aux Cévennes à la rencontre de celles et ceux qui ont choisi de vivre autrement. Ils ont partagé d’autres manières d’aimer et de manger, de produire et d’échanger, de décider des choses ensemble et de se rebeller. Débat avec les réalisateurs d'utopies 19h30/21h : Repas 13 euros tt.compris

21h « Faites le mur » 87minutes, 2010 Banksy Banksy est un artiste graffeur britannique de réputation mondiale. Il est connu entre autres pour ses oeuvres sur le mur qui sépare la Palestine et Israël et pour ses installations décalées dans les grands musées. Son premier film raconte l’histoire de Thierry Guetta, un français excentrique qui se reconvertit en documentariste en suivant les traces des maîtres du Street Art (Art de la rue). Il montre que dans un monde où nous sommes bombardés de messages publicitaires qui envahissent l’espace public, les œuvres de Banksy offrent un regard différent – un regard à la fois drôle et incisif, sans être dogmatique pour autant. Banksy a fini par convaincre l’Anglais moyen que les véritables vandales de notre société sont ceux qui construisent des immeubles plus hideux les uns que les autres et non ceux qui dessinent sur leurs murs. Débat avec Martine Chiarappa, enseignante/plasticienne

Dimanche 3 avril 14h : « Paris Grand Capital» 80 minutes, 2015 François Lathuillière Le Grand Paris est en marche, la banlieue attise les appétits du capital. Ce film est une balade avec ceux qui subissent la violence de la restructuration urbaine. Certains résistent. Débat en présence de François Lathuillière, réalisateur

16h « Fort intérieur » 42 minutes, 2012 Chris Pellerin Durant 18 mois, trois femmes en milieu carcéral se livrent à l’exercice de l’autoportrait jusqu’aux extrêmes de l’introspection. Une seule contrainte : leurs visages ne peuvent être filmés. À la fois masquées et révélées, Louise, Titit et Enza se confrontent ainsi à leurs propres images et questionnent nos « prisons intérieures ». Sur le papier, les blessures deviennent des ombres, l’image de soi une forme aux contours incertains et les souvenirs s’écoulent de la pointe du pinceau. Avec empathie et discrétion, le film fait son chemin à travers les barreaux du pénitencier, et, courageusement, réussit à en briser certains, ceux du fort intérieur. Débat avec Chris Pellerin

17h « Architecte » 43 minutes, 2010 Samuel Buton Un film en quatre actes définissant la notion de Territoire, qui d’un libre éloge du « vivre des rêves », nous entraîne dans un univers musical et dansant. Un voyage poétique entre l’espace façonné par la danse et l’espace modelé par le travail interrogeant la relation de l’Homme à son territoire. Débat avec Samuel Buton réalisateur Apéro dansant/bal Trad Restauration jusqu’à 21h

21h « La corde du diable » 88 minutes, 2014 Sophie Bruneau Le fil de fer barbelé a été inventé et breveté aux États-Unis à la fin du XIXe siècle, à l’époque de la conquête de l’Ouest. Outil à vocation agricole, il devient rapidement un agent de surveillance. Il permit de domestiquer l’espace, de contrôler les animaux et les humains, de revisiter les notions de frontières – ainsi le mur qui barre le territoire américain aux migrants mexicains. Grâce à une iconographie abondante et à des rencontres avec des personnages pittoresques, ce périple à travers les États-Unis revient sur une certaine histoire du territoire, de la clôture, de la frontière. Débat en présence de Sophie Bruneau, réalisatrice

Prix d’entrée libre (à l’appréciation des participants) – l’argent collecté sert à payer les frais de voyage, hébergement et repas de nos invités, les droits de projection des films, une partie du travail des uns et des autres, musiciens et techniciens, les affiches et programmes, etc. http://www.abrahammazel.eu/ https://www.facebook.com/associationa...

Renseignements : maison.mazel@gmail.com - 04 66 85 33 33

Email Email de contact: maison.mazel_AT_gmail.com