Réponse d'occupant-es à "Le vent souffle où il veut"

Mis a jour : le vendredi 25 juillet 2014 à 02:00

Mot-clefs: Répression aéroport notre-dame-des-landes cavale
Lieux: Notre-Dame-des-Landes ZAD

Réponse d'occupant-es à "Le vent souffle où il veut"

Cher Greg,

On est bien content d’avoir reçu de tes nouvelles et de te savoir au vert plutôt qu’à l’ombre. Ton geste, échapper à la justice bidon et à tes juges en carton, nous le comprenons et nous le soutenons. En te condamnant, comme ils en ont condamné d’autres avant toi, ils poursuivent leur attaque contre le mouvement anti aéroport. On est bien conscient-es que ça aurait pu être la plupart d’entre nous à ta place dans le box des accusés. Sous couvert de juger des "bandes armées", l’Etat cherche à nous diviser. Il cherche à nous faire taire comme il le fait avec d’autres mouvements sociaux.

Ensemble, nous poursuivons la riposte contre cette nouvelle vague répressive. Nous appelons les différentes composantes de la lutte et toutes les personnes d’ici et d’ailleurs qui ne se résignent pas à ne pas se laisser gagner par la peur et à exprimer leur solidarité de la façon qui leur conviendra : en t’accueillant, par des actions ou des communiqués, en étant présent au moment de ton appel.

Déjà, vendredi dernier (25 juillet 2014) le collectif Du bordel pour l’Ouest exprimait son soutien à tout-es les inculpé-es en bloquant pendant une heure et demi la quatre voies entre Rennes et Nantes. Par ailleurs, un appel à réunion unitaire contre la répression a été lancé par plusieurs collectifs pour le 20 septembre.

Pour finir on voulait te dire, Greg, que nos portes te sont ouvertes. Si le coeur t’en dit viens te reposer chez nous, tu y sera le bienvenu.

PS on t’a vu dans Libé, t’étais beau comme un juge.

des occupant-es de la ZAD et le collectif l’Echappée Belle de l’ouest

https://zad.nadir.org/spip.php?article2556

Commentaire(s)

> Solidarité avec l’evadé

Salut Greg,

Ici on est fier et heureux de pouvoir t’écrire sans savoir où tu liras cette lettre plutôt que d’avoir à y coller un numéro d’écrou.
Ton geste est aussi le notre et nous sommes tous des inculpés du 22/02.
A Rouen comme ailleurs, nous continuons à nous organiser pour refuser le terrorisme d’état que police et justice tentent de nous imposer.
A chacune de leurs attaques nous riposterons par des actions et/ou en accueillant tous ceux qui comme toi refusent de se soumettre.
Aujourd’hui, toutes les formes de luttes et d’oppositions sont attaquées et leurs tentatives de division nous rendent chaque fois plus forts et mieux organisés. Des liens d’amitié, de solidarité et de camaraderie se créent et se renforcent, le 22/02 en était une preuve, le 20/9 en sera une autre !
Comme la ZAD tu es partout chez toi. Celle de Rouen t’accueillera si l’envie ou le besoin se présentait.
Tu nous manques. A très vite de se retrouver, ici ou ailleurs.

Le collectif ZAD de Rouen

https://zad.nadir.org/spip.php?article2577