le vent souffle où il veut

Mis a jour : le samedi 19 juillet 2014 à 01:00

Mot-clefs: Répression aéroport notre-dame-des-landes
Lieux: Nantes

Nous avons décidé, ensemble, que Greg n'irait pas en prison.

Hier, j'ai été condamné à un an de prison et des brouettes à l'issue d'un des procès liés à la manifestation du 22 février à Nantes. Cette répression politique vise certaines composantes de la lutte de Notre Dame des Landes, afin d'affaiblir et de diviser le mouvement dans sa totalité. Elle attaque ce que ce mouvement a inspiré, a bouleversé, dans nos façons de vivre, de lutter, de nous organiser. Elle cherche à provoquer la crainte : d'être surveillés, d'être arrêtés, séparés de nos amis pendant plusieurs mois voir quelques années.
C'est ce que les derniers procès ont permis de vérifier : qu'aujourd'hui une police politique peut souffler des noms, et qu'une enquête pleine de vides permet aux juges de condamner sans réserve.
Nous avons subi les effets de cette répression, et d'autres avant nous. Nous refusons de la subir à présent. Nos amitiés sont assez fortes et organisées pour que la perspective de préparer l'appel du procès et les réponses collectives à cette répression, au vert, et au soleil, nous donne plus de motifs à la rigolade qu'à la paranoïa. Nous appelons à ce que ce geste de soutien en suscite d'autres, et qu'à nouveau leurs attaques nous trouvent réunis et renforcés.

Greg, et des amis.

 

Email Email de contact: dossier1607_AT_riseup.net