Les guerres de Hollande

Mis a jour : le mercredi 22 janvier 2014 à 05:56

Mot-clefs: Répression Resistances contrôle social
Lieux:

CE MERCREDI 22 JANVIER 2014

A 18H30

C’EST « L’HEURE DE L’METTRE »

Sur RADIO CAMPUS Lille 106,6

En direct et en archives sur www.campuslille.com

 

Blog_-hollande-scooter__a_l_ancienne-94198-medium
Le Normal

C’est qu’il a l’air goguenard et bonasse le Normal. Avec un casque sur sa tête d’innocent, filant vers ses cinq à sept avec juste deux roues pour carrosse, Mimolette, alias Monsieur Tout-le-Monde, c’est un peu Bourvil qui aurait fait l’ENA. L’image que ses conseillers véhiculent, c’est celle, tranquillisante et illusoire, de la vieille France pataude qui, pataugeant dans son vaudeville, entretient sa République comme un folklore.

C’est le bon gars, un peu lourdingue et naïf, mais pétri de ce bon sens franchouillard qui n’a jamais su s’arracher des comptoirs de l’opinion. C’est, désormais en continu et sur toutes les chaînes, le règne de la notabilité juste-milieu et de ses ventres mous, présenté en version colorisée, sur un scénario pondu par la crème de l’ingénierie publicitaire.

Mais comme au bon vieux temps, pendant que ça batifole sur les grands boulevards, la guerre fait rage.

Aujourd’hui comme hier, le « socialiste » se met au service de l’impérialisme rapace, et ne se trouve reconnu et accompli que dans l’Union Sacrée, quand il expédie la civilisation au Tonkin et à Tombouctou, quand il proclame l’Algérie « française » et qu’il écrase l’indigène aussi bien, mieux même, que la droite. Mali, Centrafrique, Syrie, poussé par les intérêts supérieurs de quelques sponsors, et les encouragements de ses « adversaires » politiciens, le « socialiste » new look met ses pas dans ceux de ses prédécesseurs.

La guerre de gauche. On est loin de Jaurès.

Là où ça parle davantage au Français plus ou moins moyen, c’est quand la guerre se fait à l’intérieur. La guerre des classes, avec des lunettes roses sur le pif, c’est comme visionner du Audiard en 3D. Malgré l’expérience du passé, y en a qui s’efforcent de voir le PS à gauche, ou moins à droite en tout cas, ça dépend de l’angle… Et ça les rend fébriles. Y a déni que disent les psys. Les cadeaux énormes aux patrons, les lois d’exception pour niquer le prolo, le racket du populo, ça te prend soudain une dimension sociale avec des bobos mollassons à la commande. Y aurait plus de verts dans l’équipe, ça deviendrait même « cool », si ça se trouve…

Y a même de la gêne dans les rangs de la bourgeoisie, ça toussote discrètement, ça croise les doigts sous la table de négociation… 35 milliards, comme ça ? Au vu et au su de tous les électeurs du changement maintenant ? C’est pas trop gros ? Et ça enrage dans les rangs de l’UMP, de voir les partageux si bien confisquer…

Tout bien considéré, le rôle historique du PS, c’est de préparer le retour de la droite. Dans les meilleures conditions possibles.

Il se peut fort bien que mercredi, de mauvais esprits occupent nos ondes à seule fin de briser le rose des lunettes.

 )

(On nous informe, de source sûre, que certains d’entre vous n’auraient pas écouté l’émission de la semaine dernière, consacrée aux luttes des Palestiniennes. On ne vise personne en particulier, mais tu peux te rattraper ici : http://www.campuslille.com/index.php/lheure-de-lmettre/1796-palestiniennes-cest-lheure-de-lmettre-