EXPULSION PROGRAMMEE DU SQUAT DES OLIVETTES

Mis a jour : le jeudi 24 octobre 2013 à 21:16

Mot-clefs: Logement/squat Exclusion/précarité/chômage Immigration/sans-papierEs/frontieres Resistances contrôle social
Lieux: Nantes

Pour mémoire, une centaine de personnes sans abri (dont des femmes seules avec enfants, des personnes âgées ou malades) habitent depuis plusieurs mois un bâtiment inoccupé appartenant à l'Etat. Ces anciens locaux de la PJJ (Protection Judiciaire de la Jeunesse) sont vides depuis plusieurs années et aucun projet de réutilisation n'est annoncé.

Photo_0-medium

Suite au procès début juillet 2013 opposant la Préfecture aux habitants du bâtiment situé au 10 quai Baco, une ordonnance de commandement de quitter les lieux dans un délai de 2 mois a été rendue le 28 août 2013. Cela signifie que les habitants doivent quitter le bâtiment à partir du 28 octobre 2013.

 Trois jours avant le début de la «Trêve Hivernale », à savoir le 1er Novembre...

 Pourtant, pendant l'été, la Préfecture a réquisitionné des travailleurs sociaux de la Mairie  pour effectuer une "évaluation sociale" qui ne s'est traduite par aucune proposition concrète de relogement.

Un recours auprès du Juge d’Exécution va être déposé pour obtenir un délai à l’expulsion et des dossiers DAHO (Droit À l’Hébergement Opposable) ont été remplis par des habitants.

Il y a un an, lors de l'occupation du Lieu Unique, le Collectif Un Toit Pour Toutes et Tous exigeait  déjà des logements corrects et stables, répondant aux attentes et désirs de chacun (e)s, avec accompagnement social des personnes.

Un an après rien n’a changé pour la situation des sans abris à Nantes, nos exigences sont toujours, hélas, d’actualité. Nous réclamons la réquisition des logements vides comme solution d’urgence ! 

Rappelons que, dans le Puy de Dôme, la Préfecture a été condamnée, très récemment, à reloger des expulsés au nom du principe de continuité de l’hébergement .

Email Email de contact: untoitpourtousettoutes_AT_yahoo.fr

Commentaire(s)

> URGENCE SANITAIRE

"Le Radisson va mal, l'expulsion est pour bientôt, nous le savons, mais...
En attendant l'eau a été coupée, il n'y a plus d'électrak. C'est la grosse merde dans tous les sens du terme.
Si toutefois des personnes pouvaient emmené de l'eau, des bougies, ou plus de compétences en ces matières, n'hésitez pas.
Des familles sont encore arrivées aujourd'hui.
Merci"

Autres articles trouvés au sujet du Radisson : http://nantes.indymedia.org/search/find_content?search[search_terms]=radisson