La Conf’ stoppe le chantier des 1000 vaches : Des fermes pas des usines !

Mis a jour : le jeudi 12 septembre 2013 à 20:25

Mot-clefs: Ecologie actions directes
Lieux:

Cette nuit, des paysans de la Confédération paysanne se sont introduits sur le site de la ferme dite des 1000 vaches pour stopper le chantier, au moins temporairement. Puisque l'Etat ne prend pas ses responsabilités, nous avons décidé d'agir. Ce projet, tout comme d'autres, semblables, ne doit pas voir le jour ! Il va à l'encontre de l'avenir de l'agriculture et des paysans, du respect de l'environnement et de la vie des territoires. Et nous ne nous arrêtons pas là. En ce moment, les paysans de la Conf' occupent le siège social de l'entreprise de Michel Ramery à Erquinghem-Lys, pour dire NON, et le dire fort.

At1b2941-medium

Cette ferme, ou plutôt cette usine, c'est 1000 vaches enfermées dans un bâtiment, non pour produire du lait mais pour faire du lisier qui viendra nourrir un méthaniseur de 1,5MW. Le lait, Ramery annonce qu'il le vendra 270 euros la tonne... alors qu'aujourd'hui les éleveurs s'en sortent à peine à 350 euros. Autour de la « ferme », il y a déjà 1000 ha de terres sous contrôle (discret) de l'industriel. Le but n'est pas d'y faire gambader ses 1000 vaches, mais d'épandre le digestat du méthaniseur, qui produira une énergie subventionnée par l'Etat ! Aujourd'hui, le permis d'exploitation ne vaut que pour 500 vaches. Pas assez de surface, selon le préfet. Mais il prévoit tout de même d'autoriser 1000 vaches si Ramery justifie de 3000ha disponibles.

Ce projet ne peut se faire qu'avec l'appui des autorités. La signature du préfet sur le permis d'exploiter, c'est la signature de l'Etat. L'Etat qui accepte donc que des milliers d'hectares de terres agricoles ne servent à enrichir qu'un seul homme alors que tant de futurs paysans cherchent à s'installer. L'Etat qui regarde faire sans réagir celui qui veut brader son lait, et qui regardera crever ceux qui en vivent. L'Etat et ses grands discours sur l'agroécologie, sur le développement rural, qui fait l'autruche quand il faut prendre ses responsabilités. En cette période de négociations sur la Politique agricole commune, et bientôt sur la Loi d'avenir agricole, il semble bien qu'on se moque de nous...