Des soldats Iraniens de l’Irgc aident à la répression en Syrie

Mot-clefs: Répression
Lieux:

Des soldats Iraniens de l’Irgc aident à la répression en Syrie,témoignage d’un jeune officier Syrien

Témoignage d’un déserteur de l’armée Syrienne :


Nouvelles qui nous sont parvenues, aux environs du 17 Aout, via le site Iranien Freedom Messenger. Un jeune officier Syrien s’exprime sous le couvert de l’anonymat pour éviter les représailles, il a traversé la frontière en Turquie la semaine dernière, après avoir reçu l’ordre de tirer pour tuer, apportant avec lui les détails , sur les mesures de plus en plus écœurantes, et désespérées, du régime Syrien pour mettre fin à cinq mois de manifestations. Dans sa déclaration, il dit avoir battu des prisonniers, et tiré plusieurs fois, sur des manifestants à Damas. Au cours des deux derniers mois, il a appris et été mis au courant, par des nouvelles, confirmées par ses officiers supérieurs, que des troupes iraniennes, des "gardiens de la révolution" de L’IRGC ; aidaient bien à la répression, aux côtés de son ancienne équipe dans la capitale syrienne.

Voir aussi en anglais

http://www.nidaasyria.org/en/news/Syria-brings-in-Irani...sts--

"Nous savions que ces troupes, étaient venues en provenance d’Iran, et qu’il leurs demandaient d’êtres a l’écart de nous", at.-il déclaré a un journaliste du Daily Telegraph, depuis un camp de réfugiés, situé prés de la ville de Yayladagi, en Turquie où il vit désormais.

"Quand nous opérions avec l’armée syrienne, nous étions toujours ensemble entre nous pour discuter. Les Iraniens ne se mélangeaient pas avec nous, nous avions des ordres stricts de ne pas leur parler , et ils avaient également l’ordre, de ne pas nous parler non plus" .Son témoignage confirme, d’autres rapports disant que la Syrie, a fait appel à son allié le plus proche, a savoir l’Iran pour les aider à mettre bas, et fin aux protestations populaires , contre la famille du dictateur Bachar Al Assad , qui règne sans partage, au pouvoir depuis 41 ans.

La férocité des opérations du gouvernement, a choqué les observateurs internationaux.Des tank et des tireurs d’élite ont été déployés pour réprimer les manifestations à travers le pays durant le mois sacré du Ramadan, alors même que les états arabes et américains et ont demandés à Bachar Al Assad de mettre fin à la violence. Jusqu’a présent, entre 1700 et 2000 personnes auraient été tuées. Il y a eu aussi des milliers de cas de "disparitions", des milliers d’emprisonnements. Depuis les débuts des protestation. Lundi dernier les forces syriennes on bombardée des quartiers résidentiels dans la ville portuaire méditerranéenne de Latakia pour une troisième journée consécutive. Au moins 29 civils, dont une fillette de deux ans ont été tués, selon les groupes de défenseurs des droits de l’homme Syriens. Les forces répressives Syrienne, ont également bombardées et tirées sur un camp de réfugiés Palestinien, et plus de la moitié de ces 10.000 réfugiés palestiniens du camp de Raml de Lattaquié ( un des plus grand du pays) ont dû êtres obligés fuir, par les cotes et la mer à la suite de tirs des forces répressives syriennes.

voir :

À Latakia, des milliers de Palestiniens fuient les camps de réfugiés

http://www.france-palestine.org/article18058.html

http://revolutionaryfrontlines.wordpress.com/2011/08/20...yria/

L’Attaque de ce camp de réfugiés Palestiniens, a fait vivement réagir, le Porte-parole de l’Office de secours des Nations Unies et l’Agence des Travaux, qui s’occupent de ce camp de réfugiés L’organisation a appelé le Président dictateur Bachar Al Assad pour arrêter l’attaque.

L’effusion de sang des forces répressives, syriennes aidées, de troupes Iraniennes de L’ IRGC, à forcé des milliers de personnes à traverser la frontière de Syrie en Turquie. Parmi ceux la un jeune de 25 qui la semaine dernière était encore un officier la police secrète Mukhabarat, qui a décrit comment beaucoup de jeunes officiers ont étés malheureux, d’avoir ordonné de tuer *1 des manifestants non armés.

"Ils devaient tous se sentir comme moi. Ils ont tous peur comme moi mais, car comme moi, ils savaient qu’ils seraient tués ; s’ils quittaient leur postes, ou si ils refusaient les ordres parfois nous tirions en l’air en faisant semblant de viser les manifestants" -A t’il déclaré ;

Il a également décrit comment, les manifestants - dont certains jeunes a peine, âgés de 13 ans, étaient embarqué, dans les postes de police où ils étés battus et violentés ; pour le divertissement de certains officiers supérieurs sadiques. Le pire épisode, dit-il, est survenu en Juillet quand la police secrète, a enlevée et violentées neuf femmes qu’ils croyaient êtres mariée ; avec dirigeants de l’opposition. " Les Mukhabarat *1 les on dépouillées de leurs vêtements ; puis les ont fait marcher ainsi dans les rues. C’était juste pour rendre leurs maris fou de douleur, finalement ils les ont libérées traumatisées et choquées deux jours plus tard".

Maintenant, cet ancien officier déserteur, fait face à un avenir incertain. Personne d’autre dans le camp de réfugiés, ne sait ce qu’il était autrefois, c’est à dire un des hommes, a qui l’on avait donné l’ordre de tirer sur des manifestants, mais il sait aussi qu’il fait face à la mort comme déserteur ; s’il devait retourner en Syrie.

L’Iran et son proche allié régional, le Hezbollah libanais, un groupe militant radical, sont de plus en plus préoccupé par l’isolement du président dictateur Bachar Al Assad et font tout leur possible pour lui de renforcer, car ils savent pertinemment, que le monde arabe, a commence à retirer son soutien. Dimanche dernier, une personnalité religieuse Iranienne, le Grand Ayatollah Makarem Shirazi, a publié une déclaration disant : " Il est du devoir de tous les musulmans d’aider à stabiliser la Syrie contre les complots destructeurs de l’Amérique et Israël". Mais surtout l’Iran a surtout très peur de la contagion, du mouvement des soulèvements populaires Syriens, le régime fait face, a de graves querelles internes, entre les clans Khamenei, et Ahmadinejad, il a connu une sévère défaite militaire, en tentant d’envahir le Kurdistan Irakien, face a la guérilla Kurde Iranienne du PJAK, qu’il a tenté d’éradiquer. dans les montagnes de Qandil, lors d’une offensive ratée lancée le 16 juillet 2011 dernier , Et surtout, malgré une répression féroce, il n’a pas réussi a juguler et faire taire, la contestation, née des soulèvements populaires, qui avaient agités le pays, après la farce post électorale, du 12 Juin 2009

http://www.freedomessenger.com/archives/31901

Notes

*1 les forces répressives Syriennes de la police secrète

D’autres informations sur l’Iran en français

http://www.iranenlutte.wordpress.com/

http://www.soliranparis.wordpress.com/

http://www.iran-echo.com/

En anglais

http://www.revolutionaryflowerpot.blogspot.com/